Chômeurs : émeutes à Bous Smail – 27 février/1 mars 2011

Bous Smail : Des chômeurs brûlent la marie, deux jeunes s’immolent, le maire toujours absent

dna-algerie.com

Mardi, 01 Mars 2011,| Sabrina Boubekeur

Des dizaines de jeunes chômeurs ont saccagé dans la journée de mardi 1er mars le  siège de la mairie ville de Bou Smaïl, à 50 Km à l’Ouest d’Alger a appris DNA auprès d’un habitant. Au cours de cette manifestation, deux personnes ont tentés de s’immoler par le feu à l’intérieur de l’édifice communal. Le maire de la ville est toujours porté au abonnés absents. La commune de Bou Smail a connu une importante émeute en janvier 2011 au cours de laquelle un homme est décédé.

Exaspérés par les promesses non tenues par le maire, les jeunes de la ville ont une fois de plus bloqué la route principale reliant cette ville côtière vers la ville de Koléa.

Les manifestants protestaient contre le mal-vie, le chômage, et le mal-logement. Ils dénonçaient une fois de plus les promesses sans suite du premier responsable de la commune.

C’est aux environs de 15h que des manifestants ont donné l’assaut au siège de la mairie alors que le maire était absent. « Des jeunes en colère ont profité de l’absence du maire pour s’introduire à l’intérieur. Ils ont tout saccagé sur leur passage », ajoute notre interlocuteur.

Deux personnes ont tenté de s’immoler par le feu au cours de cette manifestation. « Heureusement, les gens qui étaient sur place ont intervenu à temps pour les empêcher d’accomplir leur geste », confie à DNA Amine Menadi, membre de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie, aile de la société civile.

Dépêchés sur les lieux, les forces de l’ordre n’ont pas fait usage de violence à l’encontre des manifestants. « Au moment où je vous parle (20H), il y a des renforts des forces de l’ordre. Ils sont en train de gérer la manifestation de manière diplomatique. Pour l’instant, ils se tiennent à l’écart », précise-t-il.

Dimanche 27 février, des centaines de jeunes chômeurs de Bou Smail ont bloqué le même axe routier pendant plusieurs heures. Ce sont les promesses sans lendemain du maire de la ville qui avaient mis le feu aux poudres.

Cet édile communal aurait promis aux jeunes chômeurs des locaux commerciaux ainsi que des lots de terrains. Il aurait même délivré de faux documents dans l’espoir d’apaiser la colère des jeunes chômeurs. Lire la suite..


Les jeunes de Bou Ismail s’insurgent

letempsdz.com

28 02 2011

C’était au tour des jeunes de la commune de Bou Ismaïl de s’insurger, avant-hier, pour crier leur ras-le-bol et dénoncer la situation précaire dans laquelle ils vivent depuis des années.

Après avoir coupé la route menant vers le centre-ville de la commune,  les jeunes ont exigé l’attention des autorités et une prise en charge réelle de leurs doléances. «Nous avons trop attendu. Nous ne voyons rien à l’horizon et ne demandons rien d’autre qu’un travail digne pour vivre», assène Hassan, un jeune diplômé du centre de formation rencontré dans un café avec un groupe d’amis.

«Nous ne sommes pas contre l’Etat, ni contre les élus.

Nous ne sommes pas des jeunes qui veulent détruire, au contraire nous voulons construire. Notre cri s’adresse aux responsables algériens. Nous exigeons un minimum de considération», a ajouté Hilal, un technicien supérieur en agronomie.

Hilal a déposé une demande d’emploi au niveau de la commune en février 2010, mais à ce jour rien n’a été fait pour lui. «Voici le reçu qui m’a été remis par la mairie en février 2010.

La wilaya de Tipaza et plusieurs autres organismes ont fait des offres d’emploi à la commune. Mais moi, je n’ai rien eu», a-t-il ajouté. Pour revenir à l’action de ces jeunes dont l’âge varie entre 19 et 38 ans, une explication nous a été donnée par Rachid, marié et père de deux enfants en bas âge :

«Nous ne sommes pas des gens à problèmes. Nous sommes originaires de Bou Ismaïl et n’avons aucune intention de détruire notre commune, mais sachez que cette action est un cri de détresse en direction des autorités afin qu’elles prennent en charge nos demandes qui sont justifiées et logiques.»

Au quartier des Neufs martyrs, une cinquantaine de logements de type RHP (résorption de l’habitat précaire), étaient destinés aux habitants des bidonvilles de l’autoroute menant d’Alger vers Bou Ismaïl. «Nous avons reçu une décision interministérielle signée par les ministères des Finances et de l’Habitat qui ont en décidé autrement.»

«Nous avons prévu d’octroyer ces logements RHP aux habitants de ce bidonville afin de dégager le terrain pour le tronçon d’autoroute, mais à notre grande surprise, la décision interministérielle n°06 du 31 juillet 2002 en a décidé autrement», a avoué l’adjoint au maire, Abdellah Rouaz. Plus explicite, l’élu ajoutera : «La note en question limite l’octroi de ces logements RHP aux citoyens habitant la campagne, avec l’exigence d’être agriculteur affilié.» Lire la suite…

Elias Melbouci

~ par Alain Bertho sur 2 mars 2011.

Une Réponse to “Chômeurs : émeutes à Bous Smail – 27 février/1 mars 2011”

  1. […] Chômeurs Bous Smail – 27 février/1 mars 2011 […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :