Affrontements mortels à Daoukro – 25 février 2011

Daoukro / Les affrontements se poursuivent : Un mort et un blessé grave, hier

Le Repère

26 fevrier 2011

Après les affrontements entre militants Rhdp et miliciens qui ont fait deux morts à Daoukro, jeudi dernier, des heurts ont encore eu lieu, hier. Cette fois, les militants Rhdp étaient aux prises avec les miliciens et les Fds. Au moment où nous mettions sous presse, hier aux environs de 15 heures, une source proche de l’hôpital nous signalait deux cas urgents. Un manifestant blessé par balle dont il n’a pu nous donner l’identité est mort. Un autre, sauvagement tabassé, portait de larges blessures partout sur le corps. Des coups de cross de fusil pourraient être à l’origine de ces blessures. Les affrontements entre militants du Rhdp et forces de l’ordre proches de Gbagbo avaient débuté depuis 9 heures pour se poursuivre jusqu’à 11 heures. Peu avant 15 heures, il y avait une accalmie. Avec la mort du jeune manifestant, hier, la ville de Daoukro perd sous les balles assassines des Fds pro-Gbagbo, trois de ses fils en deux jours.

Michel Kabangoué

Départ de Gbagbo du pouvoir : Daoukro a lancé sa « révolution », hier

Le Nouveau Réveil

mercredi 23 fevrier 2011

Daoukro était une ville sans activité, hier. La ville natale du président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, a suivi à la lettre le mot d’ordre de « révolution » décidé par le Premier ministre, Guillaume Soro. Toutes les activités lucratives ont été mis sous l’éteignoir. Commerce, transport, administration, rien n’a fonctionné. Les opérateurs de ces secteurs d’activités ont choisi de maintenir fermés leurs magasins. La population civile, qui ne demandait pas meilleure occasion pour réclamer le départ du pouvoir de Laurent Gbagbo, est sortie massivement dans les rues. Toutes les principales artères de la ville ont été occupées par les manifestants tous vêtus de tee-shirts ou de chemises de couleur orange. Sans heurts, sans violence, les habitants de Daoukro ont exprimé leur désapprobation face à la confiscation du pouvoir par Laurent Gbagbo. Vieux, jeunes, femmes, hommes ont mis un bémol à tout ce qui leur est cher pour se retrouver dans la rue. Leur mouvement de protestation était rythmé par les chants des femmes de « l’Adjanou ». Daoukro, en un mot, a cessé toute activité pour s’inscrire résolument dans la révolution.

Paul Koffi

 

~ par Alain Bertho sur 26 février 2011.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :