Emeute à Koudougou après la mort d’un jeune – 22 février 2011

Burkina Faso/affrontements : le gouvernement appelle au calme

afriscoop.net

jeudi 24 février 2011

Suite aux affrontements mercredi entre manifestants et forces de l’ordre, qui ont fait une cinquantaine de blessés dont deux graves, les autorités ont invité les manifestants à la retenue.

Les autorités religieuses et coutumières sont appelées à la rescousse selon le gouverneur de la région du centre-ouest, Banhoro Seydou Sanou.

Selon le gouverneur, la situation s’est détériorée dans la matinée par une marche des étudiants qui voulaient avoir des éclaircissements sur la situation de leur camarade qui aurait été assassiné.

« Ils ont demandé à nous rencontrer et sur le lieu de rencontre, des projectiles ont commencé à pleuvoir de derrière et les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour pouvoir dégager les autorités », a-t-il dit.

C’est après quoi, a expliqué M. Sanou, les scolaires ont pris d’assaut les artères de la ville, brûlé le bitume, et s’attaquer au gouvernorat où ils ont fait descendre le drapeau et s’attaquer aux éléments de la compagnie républicaine de la sécurité (CRS). Lire la suite…

 

 

Décès d’un élève a Koudougou : Le gouvernorat et 12 véhicules incendiés

lefaso.net

jeudi 24 février 2011

Koudougou est le théâtre de violents affrontements depuis le 22 février 2011 entre les forces de l’ordre et élèves des établissements scolaires deKoudougousuite au décès de leur camarade, Justin Zongo. Les manifestations se sont poursuivies hier 23 février et ont été marquées par l’incendie du gouvernorat du Centre-Ouest et de 12 véhicules qui s’y trouvaient. Deux manifestants ont succombé à leurs blessures et on note deux blessés graves du côté des forces de l’ordre.

Depuis le mardi 22 février, premier jour des manifestations, le bilan des blessés et celui des dégâts matériel enregistrés sont lourds. Des secouristes volontaires transportent des blessés à l’hôpital à moto. Du CHR de Koudougou, certains blessés occupent un lit à deux, faute de places. Les urgences chirurgicales sont débordées. Le 23 février aux environs de 13 h, les manifestants ont mis le feu au gouvernorat. Douze véhicules qui s’y trouvaient ont été réduits en ferraille. Dans la soirée d’hier et aux dernières nouvelles, deux manifestants ont succombé à leurs blessures et du côté des forces de l’ordre, deux blessés graves.

Outre la vérité sur la mort de l’élève, les manifestants exigent le départ du gouverneur et la libération de leurs camarades arrêtés. Des boutiques et des magasins de commerçants incendiés par l’effet du gaz lacrymogène ont mis la population en colère qui s’est aussi mise de la partie. Depuis le début des manifestations, l’activité économique est réduite à Koudougou avec la fermeture du marché central. Même la cathédrale de Koudougou a été le théâtre d’affrontements. Chose inédite, certains manifestants sont parvenus à retirer le matériel de protection des agents de sécurité. Lire la suite…

Placide ZOUNGRANA

Autres liens

KOUDOUGOU: la mort d’un élève met la ville en ébullition

Burkina Faso : 2 morts, 2 blessés graves, des dégâts importants à Kougougou…

Koudougou : Journée tumultueuse après la mort d’un élève

Koudougou: la mort d’un élève provoque des manifestations


Informations

Koudougou, appelée Nandon par les gourounsi en langue lyele, est une ville du Burkina Faso, la troisième en population après Ouagadougou et Bobo Dioulasso. Chef-lieu de la Province deBoulkiemdé, préfecture du département du même nom et capitale de la région du Centre-ouest.L’emblème de la ville est le Baobab.

 

~ par Alain Bertho sur 24 février 2011.

2 Réponses to “Emeute à Koudougou après la mort d’un jeune – 22 février 2011”

  1. mes condoleances a la famille du disparu, je demande ames freres et soeurs de ceder les destructions que la justice sera faite, ne continions pas a endeuiller svp, revendiquons autrement pour que justce soit faite, ça fait mal et meme tras mal la mort du jeune ZONGO, prions pour lui

  2. Encore le regime sanguinaire de la 4ème république du capitaine blaise Compaoré verse aux yeux de l’opinion publique nationale et internationale son visage diabolique. Une manifestation citoyenne, d’enfants responsables, reprimée dans le sang; il faut vraiment etre de nature diabolique pour le faire. Cette attitude des dignitaires de ce regime pourri ne m’étonne pas. Monsieur Banworo doit avoir l’honnetete intellectuelle de dire à l’opinion que c’est une manifestion de lycéens qu’il a sauvagement fait réprimer. Tout compte fait chacun repondra de ses actes devant l’histoire et qu’il sache qu’elle ne pardonne pas. Salut!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :