Emeutes de Montréal-Nord en 2008 : la police mise en cause

>rapport charest<

>rapport Courcy<

Fredy Villanueva : Un autre rapport sur le profilage racial déposé

ruefrontenac.com

Lundi, 18 octobre 2010

Un autre rapport sur le profilage racial au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a été déposé en preuve lundi devant la Commission d’enquête sur la mort de Fredy Villanueva.

Le rapport est l’œuvre de Mathieu Charest, un des chercheurs du SPVM. Il avait également déposé une première étude, à la fin de septembre, à la même commission. La Ville et le SPVM avaient tenté d’empêcher le dépôt du document en preuve.

Ce second rapport est une mise à jour du premier qui évalue la «situation qui prévalait juste avant l’émeute» causée par la mort de Fredy Villanueva. Les conclusions de Mathieu Charest tendent à démontrer qu’il y a eu «stabilisation» de la situation dans Saint-Michel en 2008. Les interpellations de Noirs dans ce quartier sont revenues à des inveaux plus «acceptables».

Il indique aussi que l’arrivée de l’escouade Éclipse ne s’accompagne pas d’une hausse apparente des interpellations.

Toutefois, fait-il remarquer, si l’intensité des interpellations des Noirs au centre-ville, secteur sensible dû à la présence de gangs de rue, a baissé, le chercheur s’étonne de voir qu’à la fin de l’année 2008, presque autant de Blancs que de Noirs ont été interceptés par le SPVM.

«On peut difficilement penser que les deux populations sont présentes, en nombre égal, dans les bars du centre-ville ou sur le boulevard Saint-Laurent », écrit M. Charest.

Qui plus est, le nombre de contrôle d’identité de Noirs dans Montréal-Nord progresse de 50 % en 2008 par rapport à 2007.

«Les sommets de cette hausse surviennent dans les mois qui précèdent l’émeute, relate Mathieu Charest. Les interpellations de Blancs déclinent progressivement durant l’année 2008. Rappelons que les Noirs ne contribuent qu’à 20 % des crimes violents à Montréal-Nord au cours des dernières années.»

Dans la dernière partie de ce nouveau rapport, le chercheur répond aux critiques méthodologiques qui avaient été élaborées le mois dernier. Il rejette l’argument selon lequel il faudrait mesurer la population disponible.

Motifs

«Les deux tiers des interpellations de Noirs reposent sur des motifs que l’on pourrait qualifier de faibles (enquête de routine, sujet d’intérêt), qui ouvrent la voie aux perceptions de profilage ethnique et au mécontentement, contre un tiers pour les Blancs, tranche le chercheur. Même si les Noirs étaient interpellés proportionnellement à leur présence dans l’espace public, cela ne justifie pas qu’ils soient interpellés sur la base de présomption plus faible que les Blancs.»

Il écarte également la critique que son échantillon (de 10 à 20 % de l’ensemble des contrôles d’identité) est trop faible.

«Si on observe que la moitié des Noirs interpellés ne sont reliés ni de près ni de loin aux gangs de rue, n’ont pas d’antécédents d’arrestation récents et que leur interpellation ne donne pas lieu à la découverte d’un délit ou d’une infraction municipale, on doit alors se questionner sérieusement sur cette vaste majorité d’interpellations qui impliquent vraisemblablement des individus qui ont peu à voir avec le milieu criminel qu’on se propose de combattre», laisse-t-il tomber.

Harper et l’émeute de Montréal-Nord

Cyberpress.ca

20 octobre 2010

Dans les mois qui ont précédé l’émeute du mois d’août 2008 à Montréal-Nord, les contrôles d’identité de Noirs dans le quartier ont atteint des sommets difficilement justifiables. C’est là le constat troublant d’un rapport du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) déposé en preuve lundi à l’enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva.

Le fait que la hausse fulgurante des contrôles d’identité ait eu lieu au moment même où le groupe Éclipse, généreusement financé par le fédéral dans le but de lutter contre les gangs de rue, a commencé à patrouiller à Montréal-Nord n’est pas innocent. Et si la loi et l’ordre du gouvernement Harper étaient en partie responsables du grand désordre observé à Montréal-Nord?

Petit rappel des faits: le SPVM a mis sur pied l’escouade Éclipse au printemps 2008, après avoir reçu du gouvernement conservateur une subvention de 37 millions en cinq ans pour lutter contre les gangs de rue. Éclipse a ainsi été conçue pour épouser parfaitement le mandat dicté par l’ex-ministre de la Sécurité publique Stockwell Day. Un mandat, il faut le dire porté par une politique répressive tape-à-l’oeil et un discours démagogue qui jouait sur les peurs de la population. «Le gouvernement du Canada ne restera pas immobile et n’acceptera pas que la population vive dans la peur», aimait à dire Stockwell Day, qui avait fait de la lutte contre les gangs de rue sa priorité.

Dans un document interne daté d’avril 2008 que j’ai obtenu, le SPVM indique clairement comment il entendait se conformer aux exigences des conservateurs: «L’utilisation du fonds doit supporter (sic) l’objectif du gouvernement fédéral d’augmenter le nombre de policiers de première ligne. Le projet développé devra donc augmenter de façon significative notre effectif sur la route», dit le document, intitulé Intensification de nos efforts en matière de lutte à la criminalité suite à l’octroi de fonds par les gouvernements.

En août 2008, Stockwell Day a confirmé de son côté que la mise en oeuvre de sa stratégie dite «de sécurité» reposait en grande partie sur «l’augmentation du nombre d’agents de police dans nos rues».

Les fonds du gouvernement fédéral, on l’aura compris, n’ont pas servi à soutenir les enquêteurs qui auraient sans doute été les mieux placés pour lutter efficacement contre les gangs de rue. L’objectif n’était pas là. Les fonds ont plutôt servi, aux «expéditions de pêche» (1). Ils ont servi, conformément au délire sécuritaire du gouvernement conservateur, à envoyer des policiers dits «de première ligne» dans les quartiers chauds pour donner une impression de sécurité.

Comment arrive-t-on à donner cette impression? En misant sur ce qui paraît plutôt que sur ce qui compte. En rendant les policiers bien visibles et en augmentant les contrôles d’identité injustifiés. Avec les conséquences que l’on sait.

Le déploiement de l’escouade Éclipse en 2008 n’explique pas tout puisque, entre 2001 et 2007, on avait déjà noté une augmentation de 127% des contrôles d’identité de Noirs. Mais il a accentué le problème à Montréal-Nord: le nombre d’interpellations a augmenté de 50% entre 2007 et 2008.

La stratégie s’est révélée d’une inefficacité sidérante. Les deux tiers des interpellations de Noirs dans Montréal-Nord reposent sur des motifs que l’on peut qualifier de «faibles», nous dit le rapport complémentaire du criminologue Mathieu Charest présenté lundi à l’enquête Villanueva. Ces interpellations «ouvrent la voie aux perceptions de profilage ethnique et au mécontentement». Quand la vaste majorité des interpellations concernent des gens qui ont peu à voir avec le milieu criminel que l’on se propose de combattre, il y a lieu de se poser de sérieuses questions, souligne-t-il.

En plus d’être inefficace, la stratégie de répression bébête dictée par le gouvernement Harper (et appliquée sans aucun discernement à Montréal-Nord) ne fait qu’attiser les tensions entre citoyens et policiers. Elle crée les conditions propices au déclenchement d’une émeute.

En 2009, les gangs de rue étaient responsables de 1,6% des crimes commis à Montréal. Pourtant, le SPVM, entonnant joyeusement l’hymne sécuritaire conservateur, a continué de placer la lutte contre les gangs de rue au sommet de la liste de ses priorités, nourrissant ainsi la peur qu’il disait vouloir combattre. Pourquoi?

On peut se réjouir du fait que le nouveau chef de police, Marc Parent, ait clairement annoncé un changement de cap pour l’escouade Éclipse en lui confiant un mandat d’enquête plus précis. Malheureusement, il faudra beaucoup plus qu’un changement de cap pour rapiécer un lien de confiance brisé par autant de dérives conservatrices.

(1) L’expression est tirée du premier rapport du criminologue Mathieu Charest, gardé secret par le SPVM jusqu’à ce que ma collègue Catherine Handfield le rende public l’été dernier. L’auteur note que la proportion de jeunes Noirs interpellés dans les quartiers chauds (environ 40%) est beaucoup trop élevée. Il recommande de «mieux cibler les individus» et d’éviter les «expéditions de pêche».

Un nouveau rapport embarrassant

radio-canada.ca

lundi 18 octobre 2010

Les interpellations de personnes de race noire ont atteint des pics jamais égalés quelques mois seulement avant les émeutes d’août 2008 à Montréal-Nord.

C’est ce que révèle un nouveau rapport demandé par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans le cadre de l’enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva.

Le rapport du criminologue Mathieu Charest est en fait une mise à jour d’un premier document qui portait sur une période qui se situait bien avant les émeutes de 2008, qui ont suivi la mort du jeune Fredy Villanueva.

La mise à jour, disponible sur le site du SPVM, se penche sur l’évolution des contrôles d’identité sur l’ensemble du territoire de Montréal. Elle révèle une augmentation de 50 % du nombre de contrôles d’identité de Noirs, entre 2007 et 2008 à Montréal-Nord.

Le rapport note toutefois une amélioration dans le quartier de Saint-Michel en 2008, comparativement aux années 2006 et 2007.

Mathieu Charest se dit par ailleurs préoccupé par la situation qui prévalait fin 2008, où la police interpellait autant de Noirs que de Blancs pour une population inégale en nombre, notamment dans les bars du centre-ville ou ailleurs sur le boulevard Saint-Laurent.

~ par Alain Bertho sur 26 octobre 2010.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :