Retraites : échauffourées à Lyon – 19 octobre 2010

Violents affrontements dans le centre de Lyon en marge de la manifestation

ap

19/10/10

LYON (AP) — Entre 18.000 (police) et 45.000 (syndicats) personnes ont manifesté mardi à Lyon contre la réforme des retraites, alors que le centre-ville a été le théâtre d’incidents provoqués par des groupes de jeunes, donnant lieu à de violents affrontements avec la police.

De petits groupes de jeunes (près de 300 selon les estimations de la préfecture) ont arpenté les rues de la Presqu’île dès 10h mardi matin, où ils se sont livrés à des dégradations sur le mobilier urbain et sur les commerces en brisant les vitrines. Au moins cinq commerces ont été pillés, selon la préfecture.

Plusieurs feux de poubelles ont été allumés. Une trentaine de véhicules ont été retournés et au moins cinq ont été incendiés.

En début d’après-midi, les affrontements se poursuivaient sur la place Bellecour, la place centrale de Lyon, où des groupes de jeunes et les CRS se faisaient face, répliquant aux jets de pierre par des gaz lacrymogènes. La place était survolée par un hélicoptère de la gendarmerie. Quatre policiers et un manifestant ont été légèrement blessés, selon la préfecture. Cinquante-six personnes, pour la plupart des mineurs, ont été interpellées.

« Ces exactions sont le fait de petits groupes de casseurs très mobiles, agissant indépendamment de la journée nationale d’actions », a ajouté la préfecture.

Dans l’Académie de Lyon, une vingtaine d’établissements ont été perturbés à des degrés divers, selon le rectorat. Des tentatives de blocage on eu lieu ce matin et les entrées de deux lycées ont été bloquées pendant près d’une heure.

L’université Lyon II a été fermée administrativement jusqu’à « nouvel ordre » après qu’une assemblée générale a appelé au blocage de l’université lundi soir. « L’équipe présidentielle, comme elle l’a toujours fait, considère que les actions de blocage des campus sont inacceptables et de nature à créer des situations de tension très fortes au sein de la communauté universitaire », a fait savoir la présidence de Lyon 2 dans un communiqué.

A la raffinerie de Feyzin (Rhône), la grève a été reconduite lundi pour 48 heures. Le mouvement a débuté le 13 octobre. Selon la préfecture, 10% des 250 stations-service du département sont en rupture temporaire. AP

Retraites : véritables scènes de guérilla urbaine à Lyon

Rtl.fr

19/10/2010 –

Journée de violence extrême mardi en plein coeur de Lyon. Cinq à six magasins pillés, voitures et poubelles incendiées, abribus fracassés, des casseurs se sont déchainés en marge de la manifestation contre la réforme des retraites. Les forces de police ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène et procédé à une cinquantaine d’interpellations.

Des groupes de jeunes suivant les cortèges lycéens se sont dirigés non loin de la place Bellecour où ils ont incendié des voitures et des poubelles, brisé des vitrines de magasins à l’aide de chaises volées et pillé des magasins.

Les forces de l’ordre ont fait appel à un hélicoptère pour localiser ces groupes très mobiles. Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, en déplacement pour une dizaine de jours en Asie, a annoncé sa décision de revenir dès mercredi matin dans sa ville.

Echauffourées à Lyon : treize interpellations à la mi-journée

leprogres.fr

19.10.2010

En marge de la manifestation qui s’est déroulée de manière houleuse avec des casseurs en début de cortège, des affrontements ont eu lieu en centre-ville : trente voitures ont été retournées et au moins cinq  brûlées. Treize personnes ont été interpellées à  la mi-journée. De nombreux magasins de la rue Victor-Hugo ont également été ravagés et la gare de Perrache est fermée pour des raisons de sécurité.

La manifestation n’était pas encore arrivée place Bellecour que celle-ci était envahie de la fumée mélangée des gaz lacrymogènes des CRS et des fumigènes lancés par les jeunes. Les entrées de métro ont également été saccagées et la station a été fermées (lire les prévisions des TCL). Le kiosque Bellecour a également été vandalisé et partiellement détruit. Vers 12h50, deux lycéens ont été interpellés au niveau du 19 place Bellecour par la gendarmerie mobile et des CRS qui les protégeaient ont essuyés des jets de pierres par des jeunes venus les soutenir.
Les jeunes se sont ensuite dirigés vers la place Carnot et ont détruit et sacagés de nombreux magasins de la rue Victor-Hugo. A noter que la gare de Perrache est fermée pour des raisons de sécurité.

Plus tôt ce matin, en parallèle à la manifestation, de nouveaux incidents provoqués par des groupes de jeunes ont éclaté ce matin dans le centre de Lyon. Un policier a été blessé à la rotule par un jet de pierre, ainsi qu’un photographe de presse par un jet de bouteille au visage. Un manifestant a également été légèrement blessé, selon un premier bilan. Treize personnes ont été interpellées, a indiqué à la mi-journée la préfecture du Rhône relevant des jets de projectile, des feux de poubelles et autres exactions. Trente véhicules ont été retournés et au moins cinq incendiés par des petits groupes de jeunes très mobiles, venus de l’agglomération lyonnaise, qui se sont rendus directement sur la presqu’île où ils ont commis des exactions.

En fin de matinée, une voiture était en feu près de la Bourse, où les CRS avaient établi un périmètre de sécurité, et une autre dans le quartier de l’Opéra, où deux abribus et deux vitrines de magasin ont été brisés. Deux autres véhicules en stationnement ont également eu leur pare-brise brisé et leur carrosserie endommagée. Deux jeunes, le visage dissimulé par une écharpe, ont été interpellés par des policiers en civil. Dans tout le quartier, nombre de commerces ont fermé leur magasin. Rue de la République, envahie par la fumée des gaz lacrymogènes, les présentoirs d’un fast-food ont été saccagés et de nombreux bacs de fleurs retournés par les manifestants, extrêmement mobiles, qui narguent les forces de l’ordre.

Scènes de pillage à Lyon en marge des manifestations lycéennes

Reuters

19/10/2010

LYON, 18 octobre (Reuters) – La violence est encore montée d’un cran mardi à Lyon, où des scènes de guérilla urbaine ont été constatées en marge des manifestations lycéennes.

Des groupes de jeunes suivant les cortèges lycéens ont convergé en fin de matinée en direction du centre-ville et ont incendié des automobiles et des poubelles, renversé des camions et des voitures, détruit du mobilier urbain, brisé des vitrines de magasins et de banques à l’aide de chaises volées aux terrasses des cafés, et pillé des magasins.

Les forces de l’ordre, dépassées par la violence des événements, ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène et procédé à 13 interpellations. La préfecture a recensé en fin de matinée cinq véhicules incendiés, trente véhicules renversés.

Les commerces du centre ville avaient baissé leur rideau à l’approche des manifestants mais n’ont pu éviter les pillages.

Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, en déplacement pour une dizaine de jours en Asie, a annoncé sa décision de revenir dès mercredi matin dans sa ville.

~ par Alain Bertho sur 19 octobre 2010.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :