Retraites : Black Blocs à la Bastille – 16 octobre 2010

Une trentaine d’interpellations de militants anarchistes à Bastille

AFP

16 10 2010

PARIS — La police a interpellé rue de Charenton, près de la Bastille, une trentaine d’anarchistes, qui avaient auparavant provoqué des incidents près de la place de la Nation avant la dispersion de la manifestation contre les réformes des retraites.

Les anarchistes ont été interpellés rue de Charenton et menottés. Quelques-uns étaient auparavant parvenus à pénétrer dans l’Opéra Bastille, selon des témoins.

Quelque 200 de ces militants avaient auparavant brisé des vitrines et défié les forces de l’ordre dans les secteurs du boulevard Diderot et de l’avenue Daumesnil (XIIe arrondissement). Ils y avaient incendié des poubelles, lancé des fumigènes, et scandé « A bas l’Etat, les flics et les patrons ».

Ils avaient auparavant remonté le cortège en empruntant des voies parallèles non fermées à la circulation, ce qui avait provoqué de la confusion.

Ce petit groupe très mobile s’est ensuite dirigé vers la place de la Bastille, toute proche, où les forces de l’ordre avaient bloqué les entrées de l’Opéra pour empêcher toute intrusion massive.

En fin de manifestation, qui s’était déroulée sans incident, des tracts avaient été distribués dans le cortège. « Rendez-vous action en fin de manif sous la banderole : les patrons ne comprennent qu’un langage, grève, blocage, sabotage », pouvait-on y lire.

Juste après la dispersion de la manifestation, de légers incidents se sont produits place de la Nation quand la police a voulu empêcher un groupe de plusieurs dizaines de jeunes de bloquer la circulation qui venait d’être rouverte.

L’Opéra Bastille saccagé

Jdd

16 Octobre 2010

La grande manifestation parisienne de samedi contre la réforme des retraites a dégénéré samedi, en fin de journée. Des Blacks Blocs, issus de groupuscules ultra-violents, ont saccagé le hall de l’Opéra Bastille. Une trentaine d’interpellations ont eu lieu.

La journée de mobilisation contre la réforme des retraites s’est déroulée dans le calme samedi. Quelques incidents ont toutefois eu lieu en marge de la manifestation parisienne. En fin de cortège, sur la place de la Nation, des échauffourées anecdotiques ont eu lieu, selon i-Télé, entre les forces de l’ordre et des jeunes. Mais c’est surtout à la Bastille que la situation a dégénéré. Près de 200 « casseurs » ont débarqué dans le sillage des milliers de manifestants.

« Des Blacks Blocs« , selon le site de Paris Match , qui se sont livrés à des dégradations cassant vitrines et abribus. Une cinquantaine d’entre eux ont également pris d’assaut l’Opéra Bastille, dont ils ont saccagé le hall d’entrée. Peu avant 19h15, la police a interdit les journalistes d’approcher le lieu. Les CRS ont ensuite délogé les « casseurs » de l’Opéra. Une trentaine de personnes ont été interpellées.

Les Black Blocs sont constitués de groupuscules ultra-violents, qui se réclament souvent de l’extrême-gauche. Ils s’étaient notamment illustrés en avril 2009, lors du sommet de l’Otan à Strasbourg, par de nombreuses dégradations et affrontements directs avec les forces de l’ordre. Ils étaient également présents au sommet de Copenhague sur le climat. Leur sortie de samedi soir n’a toutefois rien de comparable avec ces événements internationaux.

Violents incidents place de la Bastille

JDD

16/10/2010

Violents incidents en fin de parcours de manifestation à la Bastille. Les reporters de Paris Match présents sur place ont pu assister à la prise d’assaut de l’Opéra Bastille par des membres des Black Blocs (militants anarchistes) qui ont pu s’engouffrer à l’intérieur du bâtiment avant d’en être délogés par la police. De violents incidents se poursuivent à cette heure sur la place. La police a empêché les journalistes de pénétrer dans l’opéra mais, d’après leurs informations, les activistes en ont saccagé l’intérieur. La police a ensuite procédé à une trentaine d’interpellations, a-t-on appris auprès de la préfecture.

 

~ par Alain Bertho sur 17 octobre 2010.

4 Réponses to “Retraites : Black Blocs à la Bastille – 16 octobre 2010”

  1. merci. Je l’ai ajoutée.

  2. Le mec à cheveux blancs qui intervient au début de la video et reçoit quelques coups, c’est moi. Ce que je ne comprends pas c’est que les casseurs aient pu aller de nation à bastille sans être inquiété. Les policiers et gendarmes qui pourtant passaient toutes sirènes hurlantes quelques minutes avant leurs passages avaient tous disparus alors que des dizaines de journalistes caméras au poing suivaient les casseurs. J’aimerai bien savoir qui était l’homme à cheveux gris très calme qui faisait parti du groupe et qui s’est fait obéir des casseurs en leur demandant d’arrêter de s’acharner contre moi et ma fille et s’est même excusé de ces violences ? Si je n’ai rien eu malgré le magnifique coup de pied reçu ce n’est pas le cas de ma fille qui est venu me porter secours. Elle a quand même reçu une bouteille de bière qui l’a bien blessé à la main.

  3. t’as qu’a peté lsysteme et tous ceux qui le rend puissant ,nique moi la societe et ceux systeme car ils a fait beaucoup de ravage que la bombe hirochima ,

    les coeur se perd dans les rangs , ils nous programme via les media dessin animé et musique comme lady gaga etc…
    c’est notre societe qui crée la haine et le sucide e

    et c la police qui protege tous sa

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :