Retraites : échauffourées en fin de manifestations – 12 octobre 2010

Retraites : des incidents en marge des défilés

TF1 News

12 octobre 2010

Un jeune blessé, le bureau d’un maire saccagé… Ici et là des violences ont éclaté en marge de certains défilés contre la réforme des retraites mardi.

Un jeune blessé, le bureau d’un maire saccagé… Ici et là des violences ont éclaté en marge de certains défilés contre la réforme des retraites mardi.

A Paris, des échauffourées ont éclaté lors de la dispersion du défilé place de la Bastille. A Montélimar, une centaine de personnes qui venaient de manifester ont saccagé le bureau du député-maire UMP de Montélimar. Vers 17 heures, une partie des manifestants sont montés au premier étage de l’Hôtel de ville, ont saccagé la salle d’attente, traversé le secrétariat puis mis à sac mon bureau », a

expliqué à l’AFP le maire Franck Reynier, qui se trouvait à l’Assemblée nationale. Selon les photos que ses services lui ont envoyées, les murs de la salle d’attente « ont été troués à coups de pied », le bureau a été « retourné et cassé » et des tables et chaises « jetées par terre », a poursuivi l’élu. Il compte porter plainte.

A Caen, les forces de l’ordre et des manifestants ont échangé pendant une heure bombes lacrymogènes et projectiles divers devant le siège du Medef. Lors d’un tir de bombe lacrymogène, un jeune s’est effondré. Il a ensuite été évacué, conscient, un bandage et du sang sur la tête dans un véhicule de la CGT. Les forces de l’ordre ont commencé à envoyer des gaz lacrymogènes alors qu’un cortège de lycéens et d’étudiants venait de rejoindre le rassemblement des manifestants devant le Medef et qu’un CRS venait de recevoir un pétard sur son casque. En réponse, des jeunes qui jetaient jusqu’alors surtout des oeufs et des tomates se sont mis à lancer des projectiles divers sur les forces de l’ordre et à faire brûler des conteneurs à poubelle et des buissons, certains foyers atteignant plusieurs mètres de diamètre. Selon la préfecture, un jeune de 25 ans qui avait lancé une bouteille en verre sur les forces de l’ordre a été interpellé. Des heurts ont aussi éclaté à Saint-Nazaire, à Chateauroux et Issoudun.

A Paris, le trafic a par ailleurs été interrompu pendant trois quarts d’heure sur le RER C, après que quelques personnes, revenant « probablement » de la manifestation sur les retraites, ont commis quelques dégradations et sont descendues sur les voies.

Affrontements entre forces de l’ordre et manifestants à Caen: 1 blessé, 1 interpellation

lepost.fr

13/10/2010

Mardi, au cours de la manifestation contre la réforme des retraites, de violents incidents ont éclaté, entre forces de l’ordre et manifestants, à Caen, dans le Calvados, devant le siège du Medef.

Au cours de ces échauffourées, qui ont duré près d’une heure, les forces de l’ordre ont riposté avec des bombes lacrymogènes aux jets de projectiles lancés par les manifestants.

Dans un premier temps, les manifestants jetaient sur les forces de l’ordre des œufs et des tomates.

Mais quand les forces de l’ordre ont riposté avec des grenades lacrymogènes, les manifestants ont envoyé sur les CRS divers projectiles.

Des conteneurs à poubelles et des buissons ont également été brûlés, indique TF1 News.

Un jeune manifestant a été blessé, lors d’un tir de bombe lacrymogène.

La jeune victime a été évacuée, vers un hôpital, dans un véhicule de la CGT.

La préfecture du Calvados a indiqué qu’un jeune, âgé de 25 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre alors qu’il venait de lancer une bouteille dans leur direction.

De très rares villes ont connu des incidents également, mardi.

Ainsi à Paris, lors de la dispersion de la manifestation, à La Bastille, des échauffourées ont éclaté.

A Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et à Châteauroux et Issoudun (Indre), des heurts entre forces de l’ordre et manifestants ont également eu lieu.

Heurts entre manifestants et policiers: 12 gardes à vues à Saint-Nazaire

AFP

12.10.2010

Douze personnes étaient en garde à vue mardi soir à Saint-Nazaire après des heurts à l’issue de la manifestation entre des jeunes et la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes en réponse à des jets de projectiles, a-t-on appris de sources concordantes.

Douze personnes étaient en garde à vue mardi soir à Saint-Nazaire après des heurts à l’issue de la manifestation entre des jeunes et la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes en réponse à des jets de projectiles, a-t-on appris de sources concordantes.

A l’issue de la manifestation contre la réforme des retraites, des poubelles ont été incendiées devant la sous-préfecture où des jeunes cagoulés qui s’étaient rassemblés ont été dispersés par les forces de l’ordre, présentes en nombre, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Plusieurs personnes ont été interpellées et selon une déclaration à l’AFP de la secrétaire générale de la CGT de Loire-Atlantique Marie-Claude Robin, il restait en garde à vue mardi soir douze personnes dont trois mineurs.

En début de soirée plusieurs dizaines de personnes parmi lesquelles des représentants des syndicats auxquels appartiennent certains des interpellés, dont la CGT, s’étaient rassemblées devant l’hôtel de police pour protester contre les interpellations, avant de finalement se disperser dans le calme.

A l’issue de la manifestation contre la réforme des retraites du 23 septembre trois manifestants avaient déjà été interpellés lors de heurts avec la police et avaient été condamnés en comparution immédiate à de la prison ferme le lendemain.

 

~ par Alain Bertho sur 13 octobre 2010.

2 Réponses to “Retraites : échauffourées en fin de manifestations – 12 octobre 2010”

  1. A propos des retraites, un petit billet à propos des non manifestants concernés : http://encoreunefois.net/2010/09/20/gilbert-semmerde/

    Bonne lecture !

  2. C’est quoi ce pays ou l’on voudrait interdire les français de s’exprimer et de manisfester contre une réforme destinée uniquement à conforter le MEDEF et ses amis les riches???
    Chacun a le droit de dénoncer cette politique de riche, destinée à nous rendre de plus en plus pauvre!
    Que l’état continue à prendre les travailleurs français pour des sbires, et il verra que c’est justement les travailleurs qui font la fortune des riches qui les exploites. Quand le monde du travail va se manifester de façon ferme et définitive, les riches vont tomber, et tampis si tout est à reconstruire, c’est vital de stopper cette dérive de surproduction et d’enrichissement imoral des riches.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :