Affrontements à Stuttgart – 1 octobre 2010

Fresh demos in

German city after bloody clashes

AFP

2 10 2010

STUTTGART, Germany — Tens of thousands of people rallied in the southwestern city of Stuttgart Friday to protest against a contentious rail project, a day after riot police clashed with demonstrators.

Chants of « Shame on You! » and a cacophony of vuvuzelas rang out from the crowd, hours after Chancellor Angela Merkel had appealed for calm.

Organisers put the numbers at more than 100,000 people, while police estimated half that number.

The night before police used water cannons, tear gas and batons to disperse 20,000 protestors, leaving hundreds of people needing medical treatment.

« Many people are traumatised, because yesterday … was a catastrophe, we weren’t expecting such violence from the police, » said Stuttgart native Werner Braetschkus.

Local police spokesman Stefan Keilbach said Friday’s demonstration had passed off without violence and the demonstrators were slowly dispersing through the streets of the city.

« I would hope that demonstrations like these would pass off peacefully, » Merkel told public broadcaster SWR earlier. « This must always be tried, and anything that leads to violence must be avoided. »

Following the clashes with police on Thursday more than 400 people including minors needed medical treatment, mostly because of the tear gas and pepper spray but also for broken noses and wrists as well as cuts, organisers said.

A blast from a water canon knocked an eye out of one protestor, organisers said. Police confirmed the report.

A total of 130 people were injured and 16 taken to hospital, police said. Twenty-six were arrested, the youngest was 15 and the oldest 68, they added. Three police officers received cuts and bruises.

Police originally said protestors had thrown rocks and bottles at them, but on Friday a spokeswoman told AFP that only chestnuts had been lobbed at officers.

The demonstrators have been protesting a seven-billion-euro (9.5-billion-dollar) project that aims to make Stuttgart and the surrounding region part of a 1,500-kilometre (930-mile), high-speed rail route across Europe.

Residents of the wealthy city object most of all to parts of their train station, built between the wars by architect Paul Bonatz, being demolished, and to hundreds of trees, many of them old, being cut down.

Hearts cut out of fabric and plastic sunflowers have been tied to the trees in the city-centre park that are threatened by the railway project.

« We are sleeping here every night. We stay here in shifts to protect the trees, » said 32-year-old protestor Tobias Heyer.

Protestors were also calling for Stefan Mappus, premier of Baden-Wuerttemberg state, to resign, after he told reporters: « I have full confidence in the police. »

Merkel, a year into a rocky second term, has thrown her weight behind the « Stuttgart 21 » rail project and her spokesman Steffen Seibert called on opponents and supporters on Friday to return to the negotiating table.

Demonstrators « have the right to protest, but not the right to prevent a democratic decision being implemented, » he told reporters.

Merkel has said that an election in Baden-Wuerttemberg in March, where her conservatives could lose control after half a century in power, is set to be a referendum on the project.

Manifestation: 130 écologistes allemands blessés par la police

ATS

01.10.2010

Ecologie | La chancelière Angela Merkel a appelé au calme vendredi après une nuit d’affrontements entre policiers et manifestants. Ces derniers s’opposent à un projet gigantesque et controversé d’aménagement urbain à Stuttgart.

L’intervention musclée de la police jeudi soir et dans la nuit contre plus de 20.000 manifestants, dont un millier d’adolescents, selon les organisateurs, a achevé de transformer en affaire nationale un conflit local entre les écologistes et le Land (région) du Bade-Wurtemberg. Une nouvelle manifestation était prévue à 19H00 (17H00 GMT).

Les images de canons à eau et de policiers aspergeant les yeux des manifestants de gaz au poivre sont diffusées en boucle vendredi par les chaînes de télévisions.

« Je souhaite que de telles manifestations se déroulent sans violence », a déclaré Mme Merkel à la radio SWR. « Il faut toujours éviter tout ce qui peut engendrer la violence ».

« Nous espérons que la situation va se calmer », a renchéri son porte-parole Steffen Seibert. Refusant de commenter l’intervention de la police, il a ajouté: « On ne peut que trouver navrant ces images. C’est comme ça que la chancelière voit les choses ».

Le gouvernement fédéral exhorte opposants et partisans du projet à reprendre le dialogue, a dit M. Seibert, tout en excluant un arrêt des travaux: « Les manifestants ont le droit de protester, mais pas celui d’empêcher la mise en oeuvre d’une décision démocratique » et « légitime ».

Nez et poignets cassés

Environ 130 manifestants ont été blessés, 16 emmenés à l’hôpital, et 26 personnes, de 15 à 68 ans, ont été interpellées, selon la police.
Les opposants parlent de 400 blessés, la plupart par des gaz lacrymogènes, mais aussi de nez et de poignets cassés à coup de matraques.
« Un homme a eu l’oeil arraché » par le jet d’un canon à eau, a affirmé à l’AFP Axel Wieland, porte-parole de l’organisation écologiste BUND.

Selon de nombreux témoignages, la police a contré brutalement les manifestants qui refusaient d’évacuer un parc du centre-ville où doivent être abattus quelque 300 arbres, parfois centenaires.

La police a d’abord affirmé avoir essuyé des jets de pavés, puis parlé simplement de bouteilles en plastique. Selon un porte-parole des manifestants, Matthias von Herrmann, « c’était une démonstration pacifique, sans la moindre violence, sauf celle de la police ». « Les images sont tout sauf jolies, mais la police doit remplir sa mission », a rétorqué un responsable de la police, Rainer Wendt.

Le chef du gouvernement régional du Bade-Wurtemberg, Stefan Mappus, membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel, a également défendu l’action de la police, affirmant qu’il fallait protéger l’Etat de droit. »Je fais confiance à la police », a-t-il déclaré à la presse. « Il ne doit pas y avoir d’escalade » de la violence, a-t-il ajouté.

Arbres tout de même abbatus

Après l’évacuation du parc, des milliers de personnes ont continué à protester tandis que les 25 premiers arbres étaient abattus. Cet abattage d’arbres n’est qu’un des volets d’un plan de réaménagement de Stuttgart et de sa région, d’un coût total de sept milliards d’euros, pour y faire passer un axe ferroviaire transeuropéen de 1.500 km allant de Paris à Budapest.

Stuttgart ne possède qu’une gare terminus qui, selon le projet, doit être transformée en gare de transit souterraine. « Stuttgart 21 » a déjà entraîné la démolition d’une aile du bâtiment historique construit entre les deux guerres.

Ses détracteurs affirment que le coût a été sous-estimé et que le projet n’améliorera pas le trafic ferroviaire. Ils réclament un référendum, que refuse le CDU au pouvoir depuis 50 ans dans le Bade-Wurtemberg.

Les élections régionales, en mars 2011, « seront une consultation populaire sur Stuttgart 21 », a dit la chancelière mi-septembre devant les députés. Les mauvaises langues ont depuis rebaptisé le projet « Merkel 21 ».

La police allemande disperse une manifestation à Stuttgart

lexpress.fr

1 10 2010

La police allemande a eu recours jeudi à des canons à eau pour disperser un millier de manifestants   qui protestaient contre le projet de construction d’une immense gare dans le centre de Stuttgart, capitale du Land de Bade-Wurtemberg.

Des heurts ont opposé des manifestants aux policiers, pour certains montés à cheval, dans le parc du Schlossgarten, proche de la gare actuelle, où une centaine d’arbres doivent être abattus d’ici février pour faire de la place à la nouvelle gare.

Une série de manifestations, parfois violentes, ont déjà eu lieu ces derniers mois contre le projet ferroviaire, baptisé « Stuttgart 21« , qui suscite un tollé parmi la population.

Centrés tout d’abord sur ce projet, les rassemblements se sont transformés peu à peu en l’expression d’un mécontentement plus large contre le gouvernement fédéral, et la chancelière Angela Merkel a estimé que ce projet serait un facteur de premier plan lors des élections au Landtag de Bade-Wurtemberg en mars prochain.

Les chrétiens-démocrates (CDU) de Merkel, qui dirigent le Bade-Wurtemberg depuis 1953, pourraient perdre ce Land lors des élections régionales, au vu des derniers sondages. Une défaite de la CDU dans le Bade-Wurtemberg aurait des répercussions jusqu’à Berlin pour la chancelière, qui est au plus bas dans les sondages.

Les manifs à Stuttgart virent à l’affrontement

tsr.ch

01 octobre 2010

Les affrontements de la nuit de jeudi à vendredi ont fait près de 130 blessés. [Keystone]

Après une nuit d’affrontements avec la police, des milliers d’Allemands ont repris vendredi soir leurs manifestations contre un gigantesque projet d’aménagement urbain à Stuttgart. Alors que 100’000 participants étaient attendus, la chancelière Angela Merkela a appelé au calme.

« Honte à vous ! » scandaient les manifestants dans un concert de sifflets et de vuvuzelas après l’intervention musclée de la police dirigée, selon les organisateurs, contre plus de 20’000 manifestants dans la soirée et la nuit de jeudi à vendredi.

Manifestants blessés

Des coeurs en tissus et des tournesols étaient accrochés aux arbres d’un parc du centre-ville pour protester contre l’abattage prévu de quelque 300 arbres, parfois centenaires, pour le projet qui vise à faire de la ville un des principaux noeuds ferroviaires du pays (lire ci-contre).

Le projet « Stuttgart 21 », d’un coût de sept milliards d’euros, vise à transformer totalement la gare. [Keystone]

« Beaucoup de personnes sont traumatisées, car hier (…) c’était une catastrophe, on ne s’attendait pas à autant de violence de la part de la police », a affirmé Werner Brätschkus, un maçon de 44 ans, originaire de Stuttgart. Interpellation de 26 personnes

Un peu plus tôt, Angela Merkel avait elle appelé au calme. La veille, environ 130 manifestants ont été blessés, 16 emmenés à l’hôpital, et 26 personnes, de 15 à 68 ans, ont été interpellées, selon la police. Une porte-parole de la police a indiqué à l’AFP que les opposants avaient seulement jeté « des marrons » alors que les forces de l’ordre avaient initialement fait état de jets de pavés, puis de bouteilles en plastique.

Les images de canons à eau et de policiers aspergeant les yeux des manifestants de gaz au poivre étaient diffusées en boucle vendredi. « Un homme a eu l’oeil arraché » par le jet d’un canon à eau, a affirmé Axel Wieland, porte-parole de l’organisation écologiste BUND. Selon un porte-parole des manifestants, Matthias von Herrmann, « c’était une démonstration pacifique, sans la moindre violence, sauf celle de la police ».

Gouvernement intransigeant

« Je souhaite que de telles manifestations se déroulent sans violence », a déclaré la Chancelière allemande à la radio SWR. « Il faut toujours éviter tout ce qui peut engendrer la violence », a-t-elle aussi ajouté.

Le gouvernement exhorte opposants et partisans du projet à reprendre le dialogue, a dit le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert, tout en évacuant l’idée d’un arrêt du projet: « Les manifestants ont le droit de protester, mais pas celui d’empêcher la mise en oeuvre d’une décision démocratique » et « légitime ».

ats/bk

~ par Alain Bertho sur 2 octobre 2010.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :