Blocages et émeute à Bouzeguène – mai 2010

Habitants abandonnés par l’administration, initiatives bloquées à Tizi Ouzou

latribune-online.com

26-05-2010

L’émeute comme moyen de pression pour bénéficier du développement

L’eau, le gaz et «l’insécurité» ont été les dernières raisons en date de la colère des habitants de la wilaya de Tizi Ouzou.

Des secteurs qui se targuent pourtant d’avoir fourni des efforts depuis le début des années 2000 pour rattraper le retard du développement accumulé ; mais la population locale n’en est pas moins soumise à des pressions quotidiennes pour des revendications et des demandes qui n’ont pas lieu d’être étant basiques et naturellement disponibles, à la portée du dernier apprenti gestionnaire. Mais quand la volonté politique fait défaut, le reste ne suit pas ; parce que ce n’est pas en 2010, avec une conjoncture financière favorable (du moins dans le discours ambiant) qu’on va arriver à faire patienter la population qui souffrent des «contraintes» pour des questions de connexion aux réseaux de gaz et d’AEP, de sécurité, ainsi que d’assainissement sans compter les vrais problèmes de fond tels que le chômage dont le taux ahurissant en Kabylie tue toutes les promesses, le logement, les loisirs, etc.

Ainsi, après les habitants de plusieurs villages de, à 70 kilomètres de Tizi Ouzou, qui ont bloqué, il y a quelques jours, pendant une journée tout ce qui représente l’Etat et le secteur public (mairie, daïra, société de gaz et d’électricité) pour «dénoncer» des retards dans les branchements au gaz de ville, des résidants de la Haute-Ville de Tizi Ouzou ont réagi de plus forte manière samedi dernier (22 mai) en  fermant la route, déjà en état de dégradation, qui traverse leurs quartiers et qui relie le village de  Redjaouna où est implanté l’unique sanatorium (Belloua) de la région  à la ville de Tizi Ouzou. La raison ? «Dénoncer» les coupures d’eau qui seraient dues à une panne du réseau  et qui durent depuis plusieurs jours en ce début de l’été. Les habitants du village Issiakhène Oumeddour, périphérie est du chef-lieu de wilaya de Tizi Ouzou, ont bloqué pendant des heures la RN 12, le plus important axe routier de la wilaya de Tizi Ouzou, pour réitérer leur plate-forme de revendications concernant  le règlement des problèmes liés au réseau d’AEP, à l’assainissement, les infrastructures de base (polyclinique, maison des jeunes, salle de jeux, etc. Les manifestants avaient exigé la présence sur place du wali et refusé de voir les autres responsables locaux qui n’auraient pas tenu leurs «promesses» auparavant. «Nous avions maintes fois exprimé nos doléances aux responsables de la daïra, sans suite…» disaient les jeunes en colère.  Tournant autour des mêmes préoccupations, des  habitants des quartiers du chef-lieu de wilaya avaient fulminé contre l’«attente  interminable». Les résidants des tours-villas, de la Nouvelle-ville, sud-ouest et des cités Bekkar, Krim Belkacem et Eucalyptus revenaient dans leur action sur des demandes d’amélioration de l’alimentation en eau potable, de ramassage régulier des ordures, de réfection des routes qui mènent aux lotissements et quartiers, de réalisation du plan d’aménagement urbain, de viabilisation des cités, etc. Des mois après ces journées de protestation de rue, il semble qu’aucun des problèmes soulevés n’a trouvé de solution à la hauteur des besoins des habitants des cités délabrées, sachant la lenteur légendaire d’avancement des chantiers dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Il ne faudrait pas s’étonner si, l’hiver prochain, la liste des «manques et absences» reste la même et revient sur le devant de la scène sociale avec plus de violence encore à l’encontre de l’administration locale. Il suffit de constater l’état délétère dans lequel est abandonné le chef-lieu de wilaya où circuler en voiture ou à pied n’est pas une sinécure. La saleté y a  élu durablement domicile.

C’est l’anarchie la plus totale, c’est le bazar devant le CHU Nedir Mohamed et beaucoup d’autres institutions étatiques ! Plus au sud de Tizi Ouzou, c’est «l’insécurité» qui fait réagir les villageois. La semaine dernière, dans la commune de Souk El Thnine,  des comités de village ont paralysé par une grève générale toute la pauvre localité. Un mouvement suivi en masse par la population qui a annulé le marché hebdomadaire et par les travailleurs de la fonction publique qui ont débrayé en signe de solidarité avec la population. La fin du cycle des émeutes en Kabylie n’est pas pour demain.

Les citoyens ferment le siège de la daïra

lexpressiondz.com

06 Mai 2010

Les citoyens des trois villages de la daïra de Bouzeguène ont fermé hier, durant la matinée, les sièges respectifs de la daïra, de la mairie, de Sonelgaz ainsi que de la société Kahrif. A l’origine de cette action qui a engendré le blocage de toute l’activité de ces administrations, l’arrêt des travaux du chantier de raccordement au gaz de ville. Aussi, trois villages étaient concernés par ce réseau, à savoir Bouzeguène-ville, Aït Sidi Maâmar ainsi que la cité des 56 Logements. Après maintes tentatives de se rapprocher de ces institutions pour connaître les causes de cet arrêt des travaux qui ont débuté le mois de mars dernier, les villageois n’ont reçu aucune réponse. Leur surprise de voir les travaux interrompus est d’autant plus alimentée par la continuité des chantiers dans les autres zones inscrites au raccordement. A rappeler aussi que cette interruption est survenue il y a une semaine. Hier donc, les jeunes s’en sont pris aux sièges des trois administrations concernées en les fermant et exigeant d’être reçus par les responsables. L’après-midi, leur demande a été exaucée, car une délégation a rencontré le président de l’APC au sujet des raisons de l’arrêt des travaux de raccordement au gaz de ville de leurs villages situés dans une région exposée à un froid glacial pendant l’hiver. A noter également, que ce procédé a été constaté avant-hier à la Nouvelle-Ville de Tizi Ouzou, les jeunes de la cité des 200 Logements ont barricadé les voies de circulation routière pour protester contre la démolition de la maison d’un de leurs voisins. La fermeture de la route a bloqué les automobiles engendrant l’intervention des forces de l’ordre. Des échauffourées ont duré toute la journée. L’on a dénombré hier neuf interpellations parmi les protestataires et leur mise sous mandat de dépôt.

Informations

Bouzeguène est une commune et une daïra de Kabylie en Algérie, située dans l’est de la wilaya de Tizi Ouzou sur la frontière avec Bejaia.

~ par Alain Bertho sur 26 mai 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :