Emeute Facebook de Skinheads à Charleville-Mézières – avril 2010

Affrontements de samedi / Non, il n’y a pas eu de mort!

lunion.presse.fr

mardi 27 avril 2010

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Dans l’intention délibérée de mettre de l’huile sur le feu, certains ont propagé, sur Facebook, la rumeur totalement infondée, de la mort d’un skinhead, appelant à sa vengeance.

LES événements survenus, samedi après-midi, en plein cœur de Charleville-Mézières ont continué à alimenter les conversations et à échauffer certains esprits, hier encore, une infâme connerie (c’est le seul mot qui convienne) ayant circulé, dès l’aube, véhiculée par les gamins des collèges et lycées, grands amateurs de blogs.

Une rumeur à laquelle il convient de tordre le cou, avec la dernière énergie, qui avait circulé, sur Facebook, sur les mêmes sites, d’ailleurs, qui avaient appelé au rassemblement de la place Ducale.

Il y était annoncé, en ces termes, le décès d’un certain : « Ludovic Borgnet, mort sous les cous de 15 magrebins. Il navait que 18 ans. Repose en paix on pence à toi. On veux faire une marche silencieuse pour lui rendre hommage ».

Fautes d’orthographe comprises, qu’on vous offre telles quelles, cette information, courageusement anonyme évidemment, est absolument, rigoureusement, fausse. Et elle n’a, à l’évidence, d’autre but que de tenter d’attiser la haine, en laissant imaginer un drame qui n’a pas eu lieu.

Or, non seulement il n’y a pas eu de mort, mais les blessés (huit en tout) qui avaient été évacués par les sapeurs-pompiers, samedi après-midi, victimes de blessures plus ou moins superficielles au cuir chevelu ou à la face, sont tous sortis de l’hôpital, dont le dernier hier.
Pas de meurtre, donc, ni à Charleville, ni ailleurs dans les Ardennes. Et si criminels il y a, ce sont ceux qui diffusent de telles ignominies. Malheureusement, la bêtise étant la chose au monde la mieux partagée, l’effet immédiat a été de susciter des dizaines de commentaires, ridicules pour certains, mais surtout dangereusement racistes dans la plupart des cas.
Il faut la vidéo-surveillance

Cette mise au point était donc nécessaire, car la tonalité générale est si agressive, qu’on peut craindre le pire, pour peu que les « gnouls », ainsi qu’ils sont désignés dans ces brûlots, aient les idées aussi courtes que les crânes rasés qui les ont rédigés.

L’appel au calme du préfet semble donc plus que jamais d’actualité. Dans un communiqué, Jean-François Savy s’émeut d’incidents « qui auraient pu avoir des conséquences plus graves, compte tenu de la présence, à cette heure là, de nombreux passants dans les rues piétonnes, notamment femmes et enfants, qui auraient pu devenir les victimes involontaires de ces violences ». Il tient à « affirmer sa ferme opposition à toutes les formes de violence, en rappelant son souci constant de maintien de l’ordre public ».

Et il met en garde tout le monde en indiquant que « les forces de police et de gendarmerie seront particulièrement vigilantes dans les jours à venir, afin d’éviter que se reproduisent de tels agissements, qui ne peuvent en aucune façon constituer un mode d’expression ».
La rapidité avec laquelle les événements se sont précipités, samedi, devra en tout état de cause conduire à une réflexion sur la vidéo-surveillance, dans tout le secteur de la place Ducale et des rues qui convergent vers elle. Il n’est pas douteux, en effet, que des caméras, judicieusement positionnées, auraient facilité le repérage, par les forces de l’ordre, d’une concentration anormale d’individus animés de mauvaises intentions, bien avant que les choses dégénèrent et ils auraient pu prendre ainsi toutes les mesures nécessaires pour l’empêcher.
Sans doute n’est-ce pas là la panacée, mais les riverains et les commerçants du centre-ville sont nombreux à souhaiter leur installation, persuadés que cela aurait un effet dissuasif sur les malfaisants, sans gêner pour autant les Carolos honnêtes…

Violents affrontements / Des skinheads bien de chez nous

lunion.presse.fr

lundi 26 avril 2010

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). La rapidité et la brutalité des affrontements a surpris tout le monde. D’où une vigilance renforcée pour prévenir tout match-retour éventuel.

FORT heureusement, Charleville-Mézières n’a encore rien à voir avec ce qui a pu se passer, récemment, à Villiers-le-Bel ou à Sarcelles. Il n’en reste pas moins que les violents incidents (voir notre édition d’hier), ayant opposé, samedi après-midi, de jeunes « skinheads », revendiquant sans complexe des idées d’extrême droite, à d’autres jeunes – « rebeus » pour la plupart – issus de certains quartiers réputés sensibles de l’agglomération, provoque une légitime inquiétude.

D’ailleurs, hier, dans tous les établissements de la place Ducale (le dimanche c’est le seul secteur vivant de la cité), il n’était question que de « ça ». C’est-à-dire de cette manifestation « spontanée », orchestrée sur Facebook, qui a rassemblé une trentaine de jeunes gens, dénonçant notamment un « racisme anti-blancs », véhiculé entre autres par certains rappeurs. Et qui a très vite dégénéré (une dizaine de blessés au final), lorsqu’une contre-manifestation les a pourchassés, dans les rues de la ville, alors que l’affluence dans la rue piétonne battait pourtant son plein, la bagarre se poursuivant jusque sur le cours Briand, puis en direction de la gare, via la rue Daux.

Direction « Muguet »

La tonalité des propos que nous avons entendus, aussi radicaux les uns que les autres, dénonçant aussi bien les « fachos » pour certains, que les « arabes » (ce n’est d’ailleurs pas ce mot qui était employé !), pour les autres – surtout dans le contexte d’actualité de l’automobiliste au niqab et de son compagnon polygame – indique, en tout état de cause, que les incidents survenus, ne doivent pas être traités comme un épiphénomène exceptionnel. Mais bel et bien comme l’expression, volontairement violente, d’un mal-être, dans certains quartiers de notre ville, dont on a tout à craindre.

Contrairement à ce qu’on avait pu imaginer, de prime abord, il semblerait, en effet, que les jeunes « skinheads », qui se sont exprimés samedi place Ducale, ne sont pas des « étrangers » arrivés par le train, ainsi que pouvait le laisser croire leur dispersion dans le secteur de la gare, mais bel et bien des Ardennais. Qui plus est issus, apparemment, des mêmes quartiers que ceux qu’ils « combattent », nombre d’entre eux ayant, en effet, quitté les lieux des affrontements, en empruntant la ligne 3 de la TAC, direction « Muguet »…

Une réalité inquiétante, si elle est vérifiée par l’enquête en cours, car elle donne évidemment à redouter des « matches-retour » entre les antagonistes, puisqu’il n’est pas douteux que, lors des affrontements, les uns et les autres n’auront pas manqué de se « photographier », dans tous les sens du terme. Et que les rencontres, dans les couloirs et aux abords de certains lycées, risquent donc d’être un peu « chaudes » dans les jours à venir.

Les services de police sont évidemment tout à fait attentifs à cette situation. Déjà présents samedi, comme observateurs, mais un peu pris de court tout de même, par la rapidité avec laquelle les choses ont brutalement dégénéré, ils se sont donné, depuis, tous les moyens de ne plus se laisser surprendre.

Après les échauffourées, ils ont ainsi laissé en place un dispositif de surveillance qui est demeuré « en éveil » toute la soirée et pendant toute la nuit, avant d’être réactivé hier, bien qu’aucun nouvel incident n’ait pourtant été signalé. Les autorités sont, en effet, déterminées, à ne pas laisser la situation actuelle s’aggraver et dégénérer à nouveau. Tous les acteurs de la vie locale, dans les « quartiers » carolomacériens, seront donc sans doute sollicités, dès ce lundi, pour faire « remonter » immédiatement, en direction de la préfecture, le moindre signe annonciateur d’une quelconque poussée de fièvre.
Le problème posé par les regrettables événements de samedi, dépassent toutefois très largement les limites de notre seul département…

Charleville-Mézières. Une manifestation contre le « racisme anti-blanc » dégénère

letelegramme.com

26 avril 2010

Une poignée de « skinhead » a défilé dans les rues de Charlevilles-Mézière samedi après-midi, drapeau français en tête de cortège et lutte contre le « racisme anti-blanc » en message de ralliement. Cette manifestation organisée via facebook a fini en bagarre générale. Des jeunes venus des quartiers périphériques de la ville avaient intercepté les messages d’invitation sur le site de réseau social.

« De brefs mais violents affrontements ». C’est ainsi que l’Union de Reims qualifie l’altercation qui s’est déroulée samedi après-midi dans les rues de Charleville-Mézière. Une poignée de « skinhead », selon le journal, s’étaient donnés rendez-vous pour manifester contre le « racisme anti-blanc ».

Une dizaine de blessés

Vers 16 h, ils ont été rejoints « par une quarantaine de jeunes gens venus d’un quartier périphérique de Charleville », rapporte Marlène Borde, substitut du procureur. S’en est suivi une course-poursuite dans les rues de la ville. Les deux groupes ont fini par se retrouver et par s’affronter. Bilan : une dizaine de blessés malgré le déploiement d’un important dispositif policier.

Affrontements « sur fond de xénophobie et de racisme »
Il n’y a eu aucune interpellation « car tout le monde s’est sauvé par les rues adjacentes », précise la magistrate. Claudine Ledoux, maire socialiste de Charleville, a dénoncé ces incidents. Des affrontements « sur fond de xénophobie et de racisme » qui « rappellent certaines pages parmi les plus sombres de notre histoire ». Et de rajouter : « un climat délétère est installé dans notre pays. Il entretient le poison de la peur et de la division pouvant mener à la haine »

Heurts à Charleville-Mézières

AFP

26/04/2010

Une dizaine de personnes ont été légèrement blessées cette après-midi à Charleville-Mézières dans des affrontements entre jeunes en marge d’un défilé contre le « racisme anti-blancs » organisé via Facebook, a-t-on appris lundi de source judiciaire. « Une quarantaine de jeunes gens venus d’un quartier périphérique de Charleville, s’est retrouvée en centre ville vers 16H00 pour une manifestation +contre le racisme anti-blancs+ organisée via Facebook », a expliqué à l’AFP Marlène Borde la substitut du procureur de Charleville.

Les manifestants, partis de la place Ducale, ont remonté une rue piétonne en arborant des drapeaux français et en chantant la Marseillaise, c’est là qu’il se sont affrontés à une centaine d’autres jeunes venus les contrer, selon le parquet. Une dizaine de personnes, principalement du groupe des manifestants, a été blessée légèrement, et un seul individu a porté plainte, a précisé Mme Borde.

« La police est intervenue pour séparer les jeunes mais il n’y a eu aucune interpellation car tout le monde s’est sauvé par les rues adjacentes », a-t-elle ajouté.
La maire PS de Charleville, Claudine Ledoux, a dénoncé ces incidents « sur fond de xénophobie et de racisme » qui « rappellent certaines pages parmi les plus sombres de notre histoire », dans un communiqué.

Des skinheads organisent une manif contre “le racisme anti-blanc”

starwizz.com

26 avril 2010

A l’origine, un appel à manifester, samedi à 16h à Charleville-Mézières, lancé sur Facebook. A l’arrivée : une trentaine de skinheads, arborant le drapeau tricolore et entonnant la Marseillaise. Très vite, les manifestants ont été pris à partie par des groupes de jeunes.

Huit personnes ont été blessées dans la bagarre. L’une d’entre elles a été hospitalisée.

Dans un communiqué, Claudine Ledoux, la maire socialiste de Charleville-Mézières, a déclaré : « De tels événements rappellent certaines pages parmi les plus sombres de notre histoire. Un climat délétère est installé dans notre pays. Il entretient le poison de la peur et de la division pouvant mener à la haine. Il provoque des réactions qui ne doivent pas conduire à des replis identitaires voire communautaristes ».

~ par Alain Bertho sur 27 avril 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :