Emeute au stade El Menzah de Tunis – avril 2010

Tre morti nei violenti scontri dopo una gara di campionato. Arrestati due giocatori e 142 tifosi

lastampa.it

10 04 2010

TUNISI

Ancora violenza nel calcio africano, sconvolto due mesi fa dall’attentato terroristico contro il Togo prima della coppa continentale. Stavolta però si tratta di « guerra » tra tifosi. Le notizie, di stampa e ufficiose, parlano di tre morti, di una trentina di feriti, di due giocatori e 142 tifosi arrestati. Il bilancio dell’ incontro di calcio, giovedì sera, tra l’Esperance Sportif di Tunisi e il Club Sportif di Hammam Lif, giocato nello stadio di El Menzah, a Tunisi, pare purtroppo confermare quello che, da molte parti, viene sempre più sottolineato come fenomeno dilagante anche nel calcio africano: la violenza attorno al calcio o negli stadi. E in quello di El Menzah in particolare, sede dell’ Espèrance, che già era stata « graziata » dalla Lega nazionale professionisti per un uso sconsiderato di fumogeni da parte dei suoi supporter: condanna, con la condizionale, ad un match a porte chiuse.

Sanzione che, dopo quanto accaduto giovedì sera, verrà applicata con indubbie aggravanti e c’è chi preconizza la condanna a tre incontri a porte chiuse. Perchè, stando anche a dichiarazioni di alcuni degli spettatori, il lancio di fumogeni, le aggressioni e i tentativi di invasione del campo, sarebbero da addebitare proprio ai supporter della formazione ospitante. Tanto che il primo vicepresidente dell’ Esperance, Badine Tlemami, dichiara alla stampa, a nome del comitato direttivo, che «noi siamo dispiaciuti e condanniamo» l’atteggiamento dei tifosi esperantisti.

Atteggiamento assolutamente antisportivo così come quello, viene fatto rilevare da più parti, anche di alcuni giocatori, che con i loro comportamenti sul terreno di gioco contribuiscono a far crescere la tensione sugli spalti. Ed è forse anche per questa forma di «incitamento» alla violenza che, secondo quanto riporta il giornale francofono di Tunisi Le Quotidien, due dell’ Espèrance sarebbero finiti in manette. Un malessere generale, notano i giornali, e quanto accaduto a El Menzah, scrive ancora Le Quotidien, testimonia, ancora una volta, «l’estrema leggerezza con la quale il football viene gestito» in Tunisia. Per la cronaca l’incontro (sospeso tra l’ altro per un quarto d’ora per un’ interruzione della corrente elettrica all’impianto di illuminazione artificiale) si è concluso in parità: 3 a 3.

Pour oublier le jeudi noir d’El Menzah

kapitalis.com

Samedi, 10 Avril 2010

Les violences qui ont émaillé la rencontre EST-CSHL, jeudi dernier au Stade Olympique d’El-Menzah, devraient alimenter la réflexion, non pas seulement sur l’avenir du sport dans notre pays, mais sur le sort qui y est réservé à la jeunesse. Contribution à un débat urgent… Par Ridha Kéfi

On savait que notre football était malade. Sa maladie ne date pas d’hier. De nombreux experts se sont succédé à son chevet. Ils ont fait des diagnostics et souscrit des remèdes. Mais personne n’a trouvé la panacée miraculeuse. Ni la tutelle ni les dirigeants des clubs et encore moins ces chers analystes sportifs, qui pérorent dans les talk-shows télévisés.

Pour comprendre les véritables causes du mal de notre sport, nous devrions dépasser le cadre purement sportif pour aller au fond du problème. Celui d’une jeunesse livrée à elle-même, à ses frustrations, à ses angoisses… Et qui trouve dans les joutes sportives, le football en particulier, un exutoire, une exaltation, un défoulement ou, disons le mot, une drogue. Pour oublier un mal-être, noyer une amertume, exorciser des démons… Ceux d’une violence patente, qui n’attend qu’une petite étincelle pour exploser. Et c’est à cette explosion que nous avons assisté, jeudi soir, au Stade Olympique d’El Menzah, à l’occasion d’un match de championnat la Ligue 1 de football.

Scènes de violences ordinaires

Au départ, c’était un match (presque) sans enjeu et qui, pour cette raison même, a permis aux deux équipes d’offrir à leurs supporters un spectacle d’une rare intensité couronné par six buts plus beaux les uns que les autres. Tout allait bien. Et la fête devait se terminer comme elle avait commencé, dans l’apothéose d’un jeu d’attaque, ouvert et plaisant, tout en finesse et en prouesses techniques. Rien, en apparence du moins, ne pouvait entacher ce beau tableau. Qu’est-ce qui a donc pu provoquer ces scènes de hooliganisme auxquelles nous eûmes droit, d’abord dans les gradins, puis en dehors du stade ? Un but entaché d’un hors-jeu ? L’erreur d’appréciation d’un arbitre ? La colère injustifiée et inexplicablement ostentatoire d’un entraîneur, Fawzi Benzarti en l’occurrence, celui-là même qui, comble de l’ironie, s’était vu confier, il y a seulement quelques mois, les rennes de la sélection nationale ?

Rien, aucune de ces raisons, et quand bien même on aurait reproché à l’arbitre une partialité par trop évidente – ce qui n’était pas le cas ce soir là –, rien donc ne pouvait justifier ces scènes de violences, ces affrontements entre les supporters et les forces de l’ordre venue les calmer, ces actes de vandalisme d’un autre âge. Ces sièges arrachés et lancés dans l’air, ces installations démolies, ces objets volant dans tous les sens, ces blessures, ce sang… Et puis, cette coupure d’électricité intempestive qui a plongé la plus grande partie du stade dans le noir, ajoutant à la confusion générale…

Redimensionner le football

Il y aura bien sûr des sanctions, nous n’en doutons pas. Les auteurs des violences, ou ceux d’entre eux qui ont été arrêtés, seront déférés devant la justice et répondront de leurs actes. Les clubs seront sanctionnés et leurs dirigeants rappelés à l’ordre. Les «analystes» ne manqueront pas d’exprimer leur indignation avec des mots forts et, surtout, fort pesés. Mais après avoir fait tout cela, serions-nous quittes avec nos conscience ? Aurions-nous avancé sur la voie d’une solution durable d’un  problème, la violence dans les stades, en passe de devenir endémique ? Non, bien sûr.

A notre humble avis, l’une des solutions consiste dans un redimensionnement du football qui, de simple sport, est en passe de devenir un phénomène de société d’autant plus démesuré qu’il en arrive parfois à échapper à tout contrôle et à devenir carrément ingérable.

Redimensionner le football, cela veut dire offrir aux jeunes d’autres loisirs, d’autres centres d’intérêt, d’autres repères… Leur donner la parole, leur apprendre à discuter, mais aussi, et surtout, écouter leurs doléances, calmer leurs angoisses, atténuer leurs amertumes… Les gradins, où l’ambiance est souvent électrifiée, n’est pas l’espace le mieux indiqué pour les amener à s’exprimer, à exorciser leurs démons et à apprendre les bonnes manières. Bref, à devenir des citoyens adultes et responsables, et surtout respectueux de la loi.

Incidents du Stade El Menzah :

leaders.com.tn

10 04 2010

Aucune victime n’a, heureusement, été déplorée, suite aux incidents qui ont émaillé, jeudi soir  au Stade d’El Menzah a Tunis, le match de foot EST-CSHL, confirment à Leadrers différentes sources concordantes interrogées. Les services de médecine légale de l’hôpital Charles Nicolle, unité compétente en la matière pour le Grand Tunis,  indiquent « qu’aucun décès suite à ces incidents n’a été constaté », contrairement a ce qui a été propagé sans vérification.

Des dizaines de blessés, cependant, parmi les supporters et notamment les forces de l’ordre ont pu recevoir les secours d’urgence et nombre d’entre-eux ont été évacués vers les hôpitaux. Quant aux saccages des sièges et équipements du stade et autres dégâts enregistrés, et dans l’attente de l’évaluation précise engagée, une source avisée estime pour Leaders leur valeur à près de 80 000 DT.

Plusieurs voix parmi les dirigeants sportifs et les personnalités de la societe civile tunisienne se sont élevées pour « condamner ce regain fort déplorable de violence dans les stades », souligné «la tache rendue fort difficile des forces de l’ordre qui s’en acquittent cependant avec  bonne préparation, grand sens de la responsabilité et total dévouement » et appelé les clubs et leurs comités de supporters à « assurer un meilleur encadrement de leurs publics.

De son coté, et par la voix de son 1er vice-président, M. Badine Tlemcani, l’EST a vivement  «regretté et condamné  ces incidents inacceptables.»

Par ailleurs, apprend Leaders, une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Tunis et des arrestations ont été opérées parmi les fauteurs de troubles, supporters de l’EST. Parallèlement à ces poursuites, des sanctions sportives sont attendues dans les toutes prochaines heures.

Mise à jour: Les sanctions infligees par la Ligue nationale de football professionnel

A la suite des incidents survenus lors du match retard Espérance ST – CS Hammam-Lif, jeudi 8 avril au stade olympique d’El Menzah pour le compte de la 21ème journée du championnat de Tunisie de la ligue 1, la ligue nationale de football professionnel (LNFP) a publié le communiqué suivant:

« La ligue nationale du football professionnel annonce qu’à la suite des actes regrettables survenus lors du match Espérance ST-CS Hammam-lif, le 8 avril 2010 au stade olympique d’El Menzah, qui ont engendré des scènes de violence et de vandalisme, et en application du code disciplinaire de la Fédération tunisienne de football, il a été décidé ce qui suit:

* Trois matches à huis clos à l’Espérance sportive de Tunis plus une amende de trois mille dinars (3000)

* Mettre à la charge de l’Espérance toutes les dépenses de réparation des dégâts engendrés lors du match

* Interdiction de banc pour deux matches à l’entraîneur de l’Espérance Faouzi Benzarti, plus d’une amende de mille (1000) dinars

* Blâme au bureau directeur de l’Espérance pour avoir failli à sa mission d’encadrement de son public sportif

* Gel des activités de l’arbitre de la rencontre et du 4ème arbitre pour ne pas avoir signalé sur la feuille de match, tous les incidents survenus pendant et après la rencontre

* Suspension des activités du dirigeant de l’Espérance Riadh Bennour, jusqu’à complément d’enquête

~ par Alain Bertho sur 11 avril 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :