Emeute à Château-Cassé (Alger) – mars 2010

Emeutes à Château-Cassé (Boulevard des martyrs) à Alger Les habitants demandent à être relogés

Le Midi Libre

10 Mars 2010

Des émeutes ont éclaté, hier, à Château-cassé, un quartier composé d’habitations précaires au boulevard des martyrs à Alger.

Les habitants de cette localité ont bloqué les routes menant aux habitations et ont incendié des pneus en signe de protestation. Les protestataires ont manifesté leur ras-le-bol des conditions de vie, demandant à être relogés dans des habitations décentes.

Ils estiment avoir été marginalisés en dépit des réclamations faites à plusieurs reprises auprès des autorités locales. En effet, ils supportent depuis des décennies, déjà, le mal vivre, en plein cœur d’Alger, à deux pas des instances du gouvernement.

« Nous vivons dans ces taudis depuis une cinquantaine d’années », ont c’est lamentable, nos  « affirmé les jeunes, avant d’ajouter que ». enfants sont malades dès leur jeune âge

Les jeunes de la localité assurent avoir été abandonnés par les pouvoirs publics. Le nombre de familles habitant les lieux est estimé, selon eux, à 300. Les pères de familles rencontrés nous ont fait remarquer l’impossibilité d’assurer à leurs enfants un avenir meilleur dans de pareilles conditions.

Nous sommes des pères de familles et pensons à l’avenir de nos « », a lâché un des habitants. Ce sont enfants qui souffrent le martyr les jeunes qui en ont le plus marre et qui ont décidé de passer à l’action, explique-t-on.

Nous demandons à être relogés pour pouvoir avoir un meilleur cadre « », nous fait-on savoir. Selon les protestataires, un de vie sociale groupe de représentants accompagné par l’imam du quartier s’est rendu auprès du wali délégué pour lui faire part de leur problème.

Nous avons délégué des représentants pour qu’ils fassent part de « notre ras-le-bol aux autorités afin qu’elles puissent trouver une », ont soutenu les habitants. solution finale à notre problème
Les autorités locales, quant à elles, ont promis de reloger ces familles dans les semaines à venir.

C’est du moins ce que nous ont indiqué les habitants des lieux. Les habitations, construites à l’origine en 1958, étaient censées accueillir 80 familles. Depuis, ces même habitations se sont  où environ 300 familles y vivent transformées en bidonvilles aujourd’hui.
Les habitants sont à leur troisième action de protestation, en attendant d’être relogés.

La rue leur appartient

lemidi-dz.com

10 Mars 2010

Le ciel se montre plutôt généreux en arrosant copieusement, ces derniers jours, la capitale. Après avoir franchi les différents obstacles : flaques boueuses, dalles branlantes et cracheuses, véhicules aspergeurs… le citoyen est bien heureux de rejoindre ses pénates bien au sec et loin de tous ces aléas. L’on ne peut s’empêcher toutefois d’avoir une brève pensée pour les SDF :

familles ou individus lesquels suite à différents concours de circonstances se retrouvent à dormir à la belle étoile. Dans la capitale, d’un an à l’autre, le nombre de ces déracinés ne cesse d’augmenter de façon malades mentaux, handicapés, familles entières sont là à dramatique : arpenter à longueur de journée les rues ou pour certains rester immobiles au même endroit au point de faire partie du paysage. Entre les faux nécessiteux et les personnes réellement dans le besoin les citoyens préfèrent passer leur chemin en faisant mine d’ignorer toute cette misère étalée, qu’elle soit vraie ou simulée.

Des malades mentaux livrés à eux-mêmes

Faute d’une prise en charge efficiente un nombre de plus en plus important de malades mentaux se retrouve à errer sans but. Même si inoffensifs ces malades ont besoin d’une prise en charge. Ils restent exposés à tous les dangers de la rue et peuvent eux-mêmes représenter un risque pour le citoyen. Ils sont partout : fouillant dans les poubelles pour se sustenter, aux abords des écoles, dans les cages d’escaliers des immeubles… Malheureusement il ne s’agit plus là du traditionnel « idiot du village ou du quartier » que tout le monde plus ou moins protège, mais bien de vrais malades mentaux qui devraient être au sein d’institutions spécialiés.

Des SDF en veux-tu en voilà !

Vous ne pouvez plus faire 50 mètres sans croiser des SDF bravant les intempéries. Ces personnes ont toutes des histoires, parfois tragiques, parfois banales, mais qui aboutissent toutes à cette existence d’errance à la belle étoile. Les différents maux sociaux, maladies… ont contribué à aggraver l’ampleur de ce phénomène. Ces familles sans toits ou ces solitaires ayant pour ciel de lit la voute céleste, tous sont unis dans le malheur. Trouver où dormir la nuit, loin des regards méprisants qui ne cherchent, hélas, pas à comprendre, mais dans lesquels se lit la méfiance et les préjugés, est le souci quotidien de ces personnes comme nous, mais pour lesquelles tout a basculé un jour. Tant que le malheur touche les autres, chacun pense être à l’abri oubliant que le moindre problème, forte pression, licenciement ou autres aléas peut mener à une déstabilisation mentale et peut conduire !! Les témoignages dans ce sens sont légion, chacun a une à la rue histoire dont le point commun est bien la douleur atroce toujours présente.
Plusieurs SDF approchés nous narrent leurs tristes histoires : «Je me suis retrouvé à la rue avec ma femme et mes trois enfants il y a déjà trois ans. Je n’ai pas pu continuer à payer les frais de loyer, le propriétaire m’a mis à la porte de ce qui était mon foyer. Après des milliers de plaintes auprès des autorités locales d’Alger- Centre pour tenter d’avoir un logement social, voilà où j’en suis aujourd’hui « , nous confiera Mohamed, un père de famille qui occupe une ruelle de Messonier avec sa petite famille.

Plusieurs histoires menant toutes à la rue

Un autre cas, celui d’une jeune femme divorcée avec un enfant et qui après avoir transité par plusieurs centres d’accueil, n’a trouvé que la rue et les cages d’escaliers des immeubles d’Alger-Centre pour y abriter son enfant. « Je viens de l’est du pays, mon mari m’a mis à la porte du toit conjugal. Ma famille a refusé de m’accueillir avec mon enfant, je me suis donc retrouvée sans ressources avec un enfant à nourrir et à élever », nous dit-elle.
Il est à noter que les locataires des immeubles squattés par ces SDF ne sont pas ravis de cette encombrante présence, et à maintes reprises engagent des actions pour les en déloger. L’argument étant que ces personnes seraient dangereuses et nuiraient à la quiétude des  occupants.
« Cette attitude vis-à-vis de ces personnes, qui n’ont pas choisi d’être sans domicile, est quelque part légitime, même si contestable d’un autre côté, ces habitants craignent les problèmes que peuvent leurs causer ces personnes , nous dira une dame qui estime que laisser un SDF «habiter» la cage d’escaliers comporte des risques. C. K.

~ par Alain Bertho sur 11 mars 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :