Affrontements meurtriers au nord du Congo – octobre 2009

carte_rdc_provinces2006_432

Au moins 47 policiers tués dans des heurts ethniques en RDC

Par Reuters, publié le 30/10/2009:

KINSHASA – Des villageois armés ont tué 47 policiers qui tentaient d’intervenir dans des affrontements interethniques dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC), rapporte une radio parrainée par l’Onu, qui cite les autorités locales.

Un nombre indéterminé de civils ont également trouvé la mort dans ces violences qui se sont déroulées dans le village de Dongo, dans la province d’Equateur, proche de la frontière congolaise, a précisé Radio Okapi.

Les habitants de deux villages voisins, représentant deux ethnies différentes, s’affrontent régulièrement depuis quelques mois en raison d’un contentieux sur les droits de pêche.

Les autorités gouvernementales à Kinshasa ont reconnu être au courant des heurts qui se sont produits mais n’ont pas confirmé le nombre des victimes.

« Ils s’affrontent à propos de bassins de pêche. Nous savons qu’il y a eu des heurts. Ils se battaient à l’aide de machettes et de fusils de chasse, mais pour le moment nous ne savons pas combien il y a de morts« , a dit le ministre congolais de l’Information, Lambert Mende.

« Les policiers ont été dépêchés sur place pour rétablir l’ordre. Je ne sais pas pourquoi ils ont été attaqués« , a-t-il ajouté.

La RDC abrite la plus importante mission onusienne de maintien de la paix avec environ 18.000 soldats déployés dans le pays.

Mais 90% de ces troupes sont installées dans les régions orientales et ne sont pas présentes dans la région où ont eu lieu ces violences.

Au moins 47 policiers tués dans des violences ethniques en RDC

30/10/2009

Plusieurs dizaines de policiers et un nombre indéterminé de civils sont morts vendredi dans des affrontements interethniques.

47 policiers ont été tués jeudi par des villageois de la province d’Equateur, au nord-ouest de République Démocratique du Congo (RDC), d’après la radio onusienne Okapi.

D’après les autorités locales, ils intervenaient pour mettre fin à des affrontements interethniques entre deux villages de pêcheurs, dans la région de Dongo. Des civils seraient également morts dans les affrontements.

Contentieux sur des bassins de pêche

Les échauffourées entre les habitants, d’ethnies différentes, auraient été provoquées par un contentieux sur des bassins de pêche de la région. « Ils se battaient à l’aide de machettes et de fusils de chasse, a précisé le ministre congolais de l’Information Lambert Mende, mais pour le moment nous ne savons pas combien il y a de morts ».

Radio Okapi affirme que des armes de guerres ont été utilisées pour le massacre. D’après le colonel Joly Limengo, inspecteur de police de la province, certains des villageois étaient en fait « des ex-combattants de mouvements rebelles, des démobilisés de l’armée ».

A la suite de ces violences, la région se serait vidée de sa population, certains fuyant vers le Congo-Brazzaville en traversant le fleuve Oubangi.

La RDC accueille le plus important contingent de forces armées de l’ONU, mais celles-ci sont essentiellement basées dans l’est du pays, où ont lieu la plupart des violences.

Combats dans le nord de la RDC: 47 policiers tués

THE ASSOCIATED PRESS (CP) – 31 octobre 2009

KINSHASA, RD Congo — Quarante-sept policiers et un nombre indéterminé de civils ont été tués dans des combats dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé vendredi la station onusienne Radio Okapi.

Les autorités congolaises ont confirmé que des personnes avaient été tuées mais n’étaient pas en mesure de fournir un bilan.

Les policiers ont été attaqués alors qu’il intervenaient pour mettre fin à des affrontements armés entre deux villages de pêcheurs, selon le colonel Joly Limengo, inspecteur de la police de la province de l’Equateur.

Le calme est depuis revenu, a-t-il dit, mais Radio Okapi a précisé que des centaines de villageois avaient fui vers le Congo-Brazzaville en traversant le fleuve Oubangi.

Le colonel Limengo a affirmé que la dispute entre les habitants des villages de Iyele et Muzala, appartenant respectivement aux tribus de Lobala et Boba, concernait l’exploitation d’étangs poissonneux. Selon lui, « il y a parmi ces villageois des ex-combattants de mouvements rebelles, des démobilisés de l’armée ».

L’annonce des violences est tombée alors que le président du Congo-Kinshasa, en visite en Afrique du Sud, venait de déclarer que ses forces étaient en train de repousser les rebelles rwandais dans l’Est du pays et qu’elles continueraient jusqu’à ce que « tout le territoire soit sous contrôle ».

Ces rebelles sont des membres des milices hutues qui ont participé au génocide rwandais de l’été 1994, dans lequel au moins 500.000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés. Installés clandestinement dans l’Est de la RDC, ils y ont commis de nouvelles atrocités, provoquant le déplacement de centaines de milliers de Congolais.

Le président Joseph Kabila a toutefois affirmé vendredi que la situation commençait à se stabiliser après neuf mois de campagne militaire dans la région, et que les civils du Nord-Kivu commençaient à rentrer dans leurs villages.

M. Kabila a ajouté qu’il « gagnait du terrain » aussi contre les rebelles ougandais dans le Nord du pays.

carte_rdc_province_de_lequateur

 

~ par Alain Bertho sur 31 octobre 2009.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :