Emeute à La Gabelle (Fréjus) après la mort d’un jeune – 25 et 26 octobre 2009

carte-de-frejus-dans-le-var-4022485asqkg

26 octobre

Nouveaux incidents, deux interpellations


26/10/2009

Deux jeunes gens ont été interpellés après le caillassage d’une patrouille de la brigade anticriminalité dans la cité de la Gabelle.

De violents incidents avaient déjà eu lieu dimanche soir après le décès d’un homme dimanche alors qu’il tentait d’éviter un contrôle de police.

De nouveaux incidents ont éclaté lundi soir à Fréjus (Var) entre les forces de l’ordre et de jeunes habitants d’une cité, où résidait un homme de 21 ans décédé dimanche à moto en tentant d’éviter un contrôle de police. Deux jeunes gens ont d’ailleurs été interpellés à Saint-Raphaël (Var). Les arrestations ont eu lieu vers 22h30 dans un quartier de Saint-Raphaël, après le caillassage d’une patrouille de la brigade anticriminalité dans la cité de la Gabelle, à Fréjus) par une vingtaine de jeunes. Les deux interpellés étaient en possession de bouteilles de white spirit.

Les groupes de jeunes ont été dispersés à l’aide de gaz lacrymogènes et avec l’intervention d’un hélicoptère de la gendarmerie équipé d’un phare anti-émeute. Plusieurs voitures ont été brûlées, selon la même source. Aucune interpellation n’a eu lieu. Vers 22 heures, le calme était revenu mais les forces de l’ordre étaient toujours en place.

De violents incidents avaient déjà eu lieu dimanche soir après le décès. Les proches de la victime, qui contestent la thèse officielle de l’accident, avaient appelé au calme lundi et demandé aux forces de l’ordre de ne pas redéployer de dispositif de sécurité.

OFRTP-FRANCE-FREJUS-MANIFESTATION-20091027

Nuit d’émeute à Fréjus, non-lieu à Villiers-le-Bel

mardi 27 octobre 2009

Le calme était revenu lundi dans la cité la Gabelle, à Fréjus (Var), où de violents incidents avaient éclaté dans la nuit de dimanche à lundi après le décès accidentel d’un jeune homme qui s’est tué en tentant de se soustraire à un contrôle de police.

Une forte odeur de brûlé et, par endroits, du goudron fondu. Lundi matin, la cité la Gabelle, à Fréjus (Var), portait encore les stigmates des violences qui ont éclaté dimanche soir, vers 21 heures. Des violences déclenchées part la mort, quelques heures plus tôt, de Mohamed el-Matari, 21 ans, qui vivait dans la cité avec sa famille, d’origine marocaine, installé en France dans les années 1990.

Selon le directeur de cabinet du préfet, Simon Babre, « le jeune homme, au guidon de sa moto-cross, a, vers 17 h 30, fait demi-tour pour éviter un contrôle routier à l’entrée de Fréjus. Un peu plus trad, il a tenté de contourner un deuxième dispositif et c’est en empruntant le bas-côté de la chaussée qu’il a heurté un arbre ». Selon la même source, l’engin du jeune homme n’a eu aucun contact avec les véhicules de la police.

A l’annonce de son décès, entre 40 et 50 jeunes gens ont commencé à briser des vitrines à l’entrée de la Gabelle avant de s’en prendre aux vitrines d’un magasin de fleurs tout comme des vitres de la mairie annexe et deux cabines téléphoniques. Selon la police, les jeunes gens ont également incendié des poubelles, des pneus, un deux-roues ainsi que cinq engins tractopelle d’un chantier voisin.

Appelés sur les lieux, policiers et pompiers ont été accueillis par des jets de pierres et de cocktails Molotov. Ils ont répliqué en envoyant des grenades lacrymogènes. Au total, 60 policiers, 30 gendarmes de Gassin-Saint-Tropez, trois pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie et 90 CRS ont été mobilisés. Aucun blessé n’était à déplorer lundi matin.

Il y a deux ans, Villiers-le-Bel

Dans le même temps, on apprenait hier matin qu’une ordonnance de non-lieu a été rendue le 23 octobre dans l’affaire de la collision entre un véhicule de police et une moto à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). Un accident qui avait coûté la vie à deux adolescents en novembre 2007.

« Les deux policiers qui se trouvaient à bord du véhicule, et en particulier le chauffeur, sont mis hors de cause », expliquait lundi une source judiciaire.

« Nous allons faire appel dans les heures ou jours qui viennent de cette ordonnance », a pour sa part assuré Me Jean-Pierre Mignard, l’avocat des familles de deux victimes, Mouhssine et Larami, dont la mort avait provoqué deux jours de violences entre jeunes et forces de l’ordre.

Une centaine de policiers avaient été blessés par des tirs d’armes à feu, un commissaire roué de coups, des bâtiments publics et des commerces détruits. Hasard du calendrier, l’annonce de ce non-lieu intervient le jour de l’ouverture du procès en appel de trois jeunes hommes, condamnés en juillet à des peines de 18 mois à 3 ans de prison pour des jets de projectiles contre la police, en novembre 2007, à Villiers-le-Bel.

En première instance, dix hommes, âgés de 20 à 25 ans, avaient été reconnus coupables en juillet par le tribunal correctionnel de Pontoise de violences volontaires sur les forces de police. Ils avaient écopé de peines de un à trois ans de prison ferme.

Nouveaux incidents à Fréjus

AP | 26.10.2009 | 23:38

Des incidents ont de nouveau éclaté lundi soir dans le quartier La Gabelle, à Fréjus (Var), faisant quatre blessés légers parmi les pompiers et les forces de l’ordre, selon la préfecture du Var.

C’est le deuxième soir de suite que des violences sont signalées dans la cité de La Gabelle, après le décès d’un conducteur de moto âgé de 21 ans, issu de ce quartier, qui tentait d’échapper à un contrôle routier.

Vers 20h lundi soir, « les forces de police, positionnées aux abords de la cité de La Gabelle, ont essuyé les premiers jets de pierre et de cocktail molotov », indique la préfecture dans un communiqué. Des feux de poubelles et de véhicules ont alors été allumés.

Les forces de l’ordre, appuyées dans leur progression par un hélicoptère de la gendarmerie nationale, sont entrées dans « le coeur de la cité afin de disperser les groupes auteurs des violences », selon la préfecture. Deux sapeurs-pompiers ainsi que deux policiers ont été légèrement blessés.

Le calme est revenu vers 22h, « mais le climat reste extrêmement tendu », indique la préfecture, précisant que le dispositif policier « sera renforcé en cours de nuit et maintenu sur place pour parer à toute reprise des violences ». Des renforts de CRS ont été déployés dans le quartier, a fait savoir la préfecture, contactée par l’Associated Press.

L’enquête sur la mort dimanche à Fréjus d’un motard de 21 ans qui tentait d’éviter un contrôle policier a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices. Selon les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme était juché sur un véhicule dépourvu de plaque d’immatriculation et non homologué pour circuler sur la voie publique. Il aurait perdu le contrôle de son engin en tentant d’éviter un véhicule de police stationné et aurait percuté un arbre sur le côté de la chaussée. AP

Une cité de Fréjus s’enflamme après la mort de Mohamed

Nicolas Jacquard | 27.10.2009

CE SONT des scènes habituellement réservées aux quartiers les plus difficiles.
Mais hier soir, c’est une petite cité de Fréjus (Var) qui s’est de nouveau embrasée. Le caillassage d’une patrouille de police vers 20 h 30 a été suivi d’un jet de cocktails Molotov. Il a fallu une heure et demie aux policiers pour disperser les groupes d’assaillants grâce à des gaz lacrymogènes et à l’appui d’un hélicoptère de la gendarmerie équipé d’un phare anti-émeute.

Vers 22 heures, le calme semblait revenu à la Gabelle, toujours cernée par d’importantes forces de police qui en interdisaient l’accès.
Peu après, deux jeunes ont été interpellés en possession de bouteilles de white spirit, à Saint-Raphaël, ville voisine gagnée hier soir par la violence.
Au total, cinq voitures ont brûlé.
« Ils cherchent clairement à nous éliminer » La veille, à Fréjus, les vitres de plusieurs commerces avaient volé en éclats et des engins de chantier étaient partis en fumée, manifestation de la colère des jeunes du quartier après la mort de Mohamed El Mathari, 21 ans. Dimanche, de retour d’une virée en motocross sur les hauteurs de la ville, le jeune homme a percuté un arbre en tentant d’échapper à un contrôle de police. « Un accident », selon le procureur adjoint de Draguignan.
Comme souvent dans des circonstances similaires, la thèse officielle est battue en brèche par la rumeur. Hier après-midi, à la Gabelle, aucun des amis de Mohamed ne croyait à la version de l’accident. « Déjà, ici, on n’a rien. Et maintenant, ils cherchent clairement à nous éliminer », lâche Abdelhaoui, 24 ans. Avec une quinzaine d’autres jeunes majeurs réunis au pied d’un bâtiment, il crie sa colère.
« Mohamed, on ne va plus jamais le revoir. Il n’avait jamais rien fait de mal, jamais rien volé.»De fait, le casier judiciaire de Mohamed El Mathari était vierge. Après une formation dans le domaine de l’électricité, il avait été embauché il y a quelques mois en CDI dans une entreprise de Saint-Raphaël. « S’il pouvait rendre service, il le faisait, souligne Walid. Il avait acheté lui-même sa moto. Pour ne pas prendre de risques avec les petits, et pour ne pas embêter les gens, il allait en dehors de la cité lorsqu’il voulait faire du cross. » La moto avait beau ne pas être immatriculée, les jeunes du quartier persistent à avancer que « tout était en règle ». Quant à la tentative de fuite avancée par le parquet de Draguignan, « faut comprendre, justifie Abdelhaoui. Si Mohamed est parti comme ça, c’est parce qu’avec tout ce qu’on vit dans nos cités, depuis tout petits, on a la peur du policier, même quand on n’a rien à se reprocher ».
Plus généralement, les jeunes de la Gabelle pointent du doigt les rapports conflictuels avec les forces de l’ordre, comme avec la population locale. « Ici, tout est fait pour le tourisme, décrit un autre ami de Mohamed. Dès qu’on sort de la cité, on se fait contrôler. » En fin d’après-midi, les grands frères et les parents du quartier tentaient de ramener le calme. « On essaie de les raisonner, mais ils nous disent que si ça avait été quelqu’un de notre génération, on aurait fait comme eux », raconte Mohamed, un père de famille. « Ne cassez rien, ne brûlez rien, je ne veux pas voir même un Kleenex brûler », martelait hier en début de soirée Brahim, un cousin de la victime. Il n’a pas été entendu.

Deuxième nuit d’incidents à Fréjus

LEMONDE.FR avec AFP | 27.10.09

Deux jeunes gens ont été interpellés, lundi soir 26 octobre, lors de nouveaux incidents avec les forces de l’ordre à Fréjus et Saint-Raphaël, dans le Var, après la mort dimanche d’un motard de 21 ans qui tentait d’éviter un contrôle de police.

Les interpellations ont eu lieu vers 22 h 30 dans un quartier de Saint-Raphaël, après le caillassage d’une patrouille de la brigade anticriminalité par une vingtaine de jeunes. Vers 23 h 30, le dispositif des forces de l’ordre a été allégé, les incidents étant terminés. Quelque 140 policiers, CRS et gendarmes devaient cependant rester sur place, accompagnés de pompiers.

Sur le même sujet

De violents incidents avaient déjà eu lieu dimanche soir après la mort de Mohamed el-Matari à la cité de la Gabelle à Fréjus, où vivait la victime. Les proches du défunt, qui contestent la thèse officielle de l’accident, avaient appelé au calme lundi et demandé aux forces de l’ordre de ne pas redéployer de dispositif de sécurité d’envergure afin d’éviter les provocations.

L’IGPN OUVRE UNE ENQUÊTE

Vers 20 h 30 à la Gabelle, le caillassage d’une patrouille de police puis des jets de cocktails Molotov ont cependant conduit les forces de l’ordre à intervenir à nouveau dans la cité. Les groupes de jeunes ont été dispersés à l’aide de gaz lacrymogènes et avec l’intervention d’un hélicoptère de la gendarmerie. Trois voitures ont été brûlées à la Gabelle et deux autres dans une autre cité, l’Agachon, selon un bilan policier.

Une cinquantaine de personnes s’étaient rassemblées à la mi-journée devant le commissariat, réclamant des explications à la police. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été chargée de l’enquête.

25 octobre

Fréjus: fin des violences dans une cité après la mort d’un jeune homme

26 octobre 2009

FREJUS — Le calme était revenu dans la nuit de dimanche à lundi dans une cité de Fréjus (Var) où de violents incidents avaient éclaté dans la soirée après le décès accidentel d’un jeune homme qui s’est tué en tentant de se soustraire à un contrôle de police, selon des sources concordantes.

Une odeur de brûlé planait encore vers minuit sur les lieux et le goudron fondu par endroits témoignait des violences qui ont éclaté vers 21H00 dans la cité la Gabelle, où le jeune homme résidait avec sa famille, a constaté un journaliste de l’AFP.

Selon le directeur de cabinet du préfet, Simon Babre, « le jeune homme a dans un premier temps fait demi-tour pour éviter un contrôle routier » vers 17H30 à l’entrée de Fréjus et « il a pris la fuite ».

« Il a tenté de contourner un deuxième dispositif et c’est en empruntant le bas côté de la chaussée qu’il a heurté un arbre », a déclaré a l’AFP, le directeur de cabinet du préfet.

L’engin du jeune homme n’a eu aucun contact avec les véhicules de la police, selon la même source.

Mohamed El Matari, 21 ans, venait de faire du trial, et rentrait sur sa moto-cross non immatriculée, avec laquelle il n’était pas autorisé à rouler sur la route, selon ses proches.

Le jeune homme, un Marocain, qui s’était installé en France avec sa famille dans les années 1990, travaillait dans une usine, selon la même source.

A l’annonce de son décès, entre 40 et 50 jeunes gens ont commencé à briser des vitrines à l’entrée de la Gabelle, selon la police. Les vitrines d’un magasin de fleurs ont ainsi étaient complètement détruites, tout comme des vitres de la mairie annexe et deux cabines téléphoniques.

Les jeunes gens ont également incendié des poubelles, des pneus, un deux-roues ainsi que cinq engins tractopelle d’un chantier situé dans cette cité en partie en cours de rénovation, selon la police.

Appelés sur les lieux, policiers et pompiers ont été accueillis aux portes de la cité par des jets de pierres et de cocktails Molotov. Les policiers ont alors envoyé des grenades lacrymogènes, sans pouvoir pénétrer dans la Gabelle.

Au total, 60 policiers, 30 gendarmes de Gassin-Saint-Tropez, trois pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie sont intervenus, appuyés par 90 CRS, selon la police.

Aucun blessé n’était à déplorer, selon la même source.

Le préfet du Var, Hugues Parant, s’est rendu sur les lieux, ainsi que la sous-préfète de Draguignan, Corinne Orzechowski, et le commissaire divisionnaire Pierre Mahaux, directeur départemental adjoint de la sécurité publique.

« A minuit et quart, les forces de l’ordre ont pu prendre position à l’intérieur du quartier et rétablir le calme », a indiqué la préfecture du Var dans un communiqué.

Des CRS restaient sur place pour la nuit, selon la police.

La moto du jeune homme a été placée sous scellés. Le parquet de Draguignan a été saisi et une enquête est en cours.

ALeqM5jYuYC_Xsf_nWv5Jz-QhOfy4uu97Q

Violents incidents après la mort d’un jeune

– le 26/10/2009

De violents incidents ont éclaté dimanche soir, à la suite du décès accidentel d’un homme de 21 ans à moto qui, en tentant de se soustraire à un double contrôle de police, s’est tué en heurtant un arbre.

Des scènes de violence ont éclaté dimanche soir dans la cité de la Gabelle à Fréjus, dans le Var, à la suite du décès accidentel d’un homme de 21 ans à moto qui, en tentant de se soustraire à un double contrôle de police, s’est tué en heurtant un arbre. « Le jeune homme a dans un premier temps fait demi-tour pour éviter un contrôle routier et il a pris la fuite. Il a tenté de contourner un deuxième dispositif et c’est en empruntant le bas côté de la chaussée qu’il a heurté un arbre », a déclaré le directeur de cabinet du préfet, Simon Babre. L’engin du jeune homme n’a eu aucun contact avec les véhicules de la police.

L’annonce du décès du jeune homme a suscité une vive émotion dans la cité, où il résidait avec sa famille, et vers 21 heures les premiers incidents ont éclaté. Appelés sur les lieux, les policiers et les sapeurs-pompiers n’ont pas pu accéder à la cité et « ont essuyé des tirs de projectiles divers ». Au total, 60 policiers, 30 gendarmes de Gassin-Saint-Tropez, trois pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie sont intervenus, appuyés par 90 CRS.  « A minuit et quart, les forces de l’ordre ont pu prendre position à l’intérieur du quartier et rétablir le calme« , a indiqué la préfecture du Var dans un communiqué et le calme était revenu cette nuit.

h_4_ill_1258657_6251_420256

Violences à Fréjus après la mort d’un jeune homme

LEMONDE.FR avec AFP

26.10.09

De violents incidents ont éclaté dimanche soir 25 octobre dans une cité de Fréjus, dans le Var, après la mort d’un jeune homme, Mohamed el-Matari, qui s’est tué en tentant de se soustraire à un contrôle de police. Les violences ont éclaté vers 21 heures, dans la cité la Gabelle, où le jeune homme âgé de 21 ans résidait avec sa famille.

Selon le directeur de cabinet du préfet, Simon Babre, « le jeune homme [qui roulait sur une moto-cross non immatriculée] a dans un premier temps fait demi-tour pour éviter un contrôle routier » vers 17 h 30 à l’entrée de Fréjus et « il a pris la fuite ». « Il a tenté de contourner un deuxième dispositif et c’est en empruntant le bas-côté de la chaussée qu’il a heurté un arbre », selon M. Babre, qui a précisé que l’engin du jeune homme n’a eu aucun contact avec les véhicules de la police.

A l’annonce de la mort de Mohamed el-Matari, entre quarante et cinquante jeunes ont commencé à briser des vitrines à l’entrée de la Gabelle, selon la police. Les jeunes gens ont également incendié des poubelles, des pneus, un deux-roues ainsi que cinq engins tractopelle d’un chantier situé dans cette cité en partie en cours de rénovation, selon la police.

RETOUR AU CALME

Appelés sur les lieux, policiers et pompiers ont été accueillis aux portes de la cité par des jets de pierres et de cocktails Molotov. Les policiers ont répondu en envoyant des grenades lacrymogènes, sans pouvoir pénétrer dans la Gabelle. Au total, soixante policiers, trente gendarmes de Gassin-Saint-Tropez, trois pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie sont intervenus, appuyés par quatre-vingt-dix CRS.

Le préfet du Var, Hugues Parant, s’est rendu sur les lieux, ainsi que la sous-préfète de Draguignan, Corinne Orzechowski, et le commissaire divisionnaire Pierre Mahaux, directeur départemental adjoint de la sécurité publique. « A minuit et quart, les forces de l’ordre ont pu prendre position à l’intérieur du quartier et rétablir le calme », a indiqué la préfecture du Var dans un communiqué. Le parquet de Draguignan a été saisi et une enquête est en cours.

nm-photo-270609

Echauffourées à Fréjus après la mort d’un motard

NOUVELOBS.COM | 26.10.2009 | 07:44

Des jeunes s’en sont pris à des magasins, à la mairie annexe et à des engins de chantier, après le décès d’un conducteur de moto de 21 ans qui tentait d’échapper à un contrôle routier.

Des violences urbaines se sont produites dans la soirée du dimanche 25 octobre dans le quartier La Gabelle à Fréjus, après le décès d’un conducteur de moto âgé de 21 ans, issu de ce quartier, qui tentait d’échapper à un contrôle routier.

Le jeune homme a percuté un arbre en tentant d’échapper au contrôle, vers 19h, sur la RN7 entre Puget et Fréjus, précisait la préfecture du Var.

Des habitants du quartier ont dégradé des magasins et mis le feu à des engins de chantier et à des poubelles à partir de 21h. La mairie annexe aurait aussi été endommagée par la quarantaine de jeunes, qui ont jeté des pierres et improvisé des cocktails Molotov avec les moyens du bord, selon les autorités locales.

Des forces de police venues de Toulon et Fréjus, et des gendarmes de Fréjus et Draguignan ont été dépêchées sur les lieux pour protéger le quartier, ainsi qu’un unité de 89 hommes de la compagnie républicaine de sécurité n°59 basée à Ollioules.

Quartier sensible

Vers minuit 15, la situation était maîtrisée, les forces de l’ordre ont pu prendre position à l’intérieur du quartier et rétablir le calme, a précisé la préfecture.

Le préfet du Var, Hugues Parant, et la sous-préfète de l’arrondissement de Draguignan, Corinne Orzechowski se sont rendus sur place et ont supervisé les opérations de rétablissement de l’ordre conduites par le directeur départemental de la sécurité publique adjoint, Pierre-Olivier Mahaux.

Les sapeurs-pompiers ont également été sollicités pour éteindre les feux, dans des conditions de sécurité parfois difficiles.

Le chantier attaqué par les protestataires est un projet de rénovation urbaine de ce quartier considéré comme sensible.

Fréjus: violents incidents après la mort d’un jeune

25 octobre 2009

DRAGUIGNAN — De violents incidents ont éclaté dimanche soir dans une cité de Fréjus (Var) à la suite du décès accidentel d’un homme de 21 ans à moto qui, en tentant de se soustraire à un double contrôle de police, s’est tué en heurtant un arbre, a-t-on appris auprès de la préfecture.

« Le jeune homme a dans un premier temps fait demi-tour pour éviter un contrôle routier et il a pris la fuite. Il a tenté de contourner un deuxième dispositif et c’est en empruntant le bas côté de la chaussée qu’il a heurté un arbre », a déclaré a l’AFP, le directeur de cabinet du préfet, Simon Babre.

L’engin du jeune homme n’a eu aucun contact avec les véhicules de la police, selon la même source.

L’annonce du décès du jeune homme a suscité une vive émotion dans la cité la Gabelle, où il résidait avec sa famille, et vers 21H00 les premiers incidents ont éclaté.

« Des engins du chantier de rénovation de la cité ont été brûlés ainsi que des pneus et des poubelles », selon la même source.

Appelés sur les lieux, les policiers et les sapeurs-pompiers n’ont pas pu accéder à la cité et, selon la préfecture, « ont essuyé des tirs de projectiles divers ».

Un dispositif policier renforcé par des gendarmes a été mis en place et une compagnie de CRS était attendue.

Le préfet du Var, Hugues Parant, s’est rendu sur les lieux, ainsi que la sous-préfète de Draguignan, Corinne Orzechowski, et le commissaire divisionnaire Pierre Mahaux, directeur départemental adjoint de la sécurité publique.

Photos de Nice matin

nm-photo-270612nm-photo-270617nm-photo-270618nm-photo-270619nm-photo-270620nm-photo-270621nm-photo-270622nm-photo-270623nm-photo-270628nm-photo-270630nm-photo-270631nm-photo-270632nm-photo-270633

~ par Alain Bertho sur 26 octobre 2009.

9 Réponses to “Emeute à La Gabelle (Fréjus) après la mort d’un jeune – 25 et 26 octobre 2009”

  1. il se pa echaper la bac a fai expre d’ouvrire la porte pour quil rentre dedan et il se son echaper la bac mm pa il vien laider le jeune

  2. VOUS N AVEZ RETABLIE AUCUN ORDRE DE SECURITE LE CALME EST SURVENUE BIEN AVANT VOTRE VENU ALORS CESSEZ VOS MENSONGES BANDE D INCAPABLE QUE VOUS ETES….

  3. ca commence a faire beaucou d’accident suite a des courses poursuite avec la police toute facon ils seront pas juger regarder le type qui a écraser un gendarme a pris 30 ans les flics qui ont écraser un gosse a marseille on pris 1 ans avec sursis la différence entre nous et eux c’est 29 ans vive la république et l’égalité des chances!

  4. Est ce que quejqun pourait m’expliquer le coup de la BAC ?? merci d’avence

  5. ke dieu et pitié de son ame ke les porte du paradie lui soi ouverte amine la police la police il fon des chose mal il se croive intouchable il soubli celui ki a percuter mohamed ke dieu est son ame a son ame et consciance il devra vivre avec sa lhomme ki a fait je dit homme mai ya pas de mot pour dire ckil et il arivera un jour ou il connaitra la douleur de la mort challah dieu et grand

    il crive kil sensorte mai nom kil repsose en paix ke tout les musulman se leve de toute la france et ke la force soit avec nous challah amine

  6. Une ville ou il y a trop de John wayne je suis sur à 100% que s’il y a eu course poursuite le conducteur à pousser le motard pour qu’il meurt par plaisir ou alors pour la carotte du nain sarko qui a promis des primes pour plus d’arrestation .

    Faire les gros yeux pour chercher la boulette dans la chaussette ou provoqué des accidents pour arrêter les gens ils sont fort à Fréjus…

    Ce commissariat de dealers et de criminel maintenant ne peu être gêné ils ont tous les droits même de tuer?…

    Souvenez vous du gars tué cet été encore une victime sur le tableau de chasse , faut pas s’étonner si une communauté brimer pète un câble.

    Sa va faire le jeu malheureusement des enculer qui parle de l’insécurité pour mieux mind control la population…

    Faut peut être pas oublier que si sa continue ils vont débouler dans vos cages a poule d’immeubles près de votre commissariat les gars là vous allez avoir une surprise a trop faire les cowboys.

    La plus part des poulets de ce commissariat (65%) sont des frustrés des gens qui dans leur enfance était souvent sujet à moqueries et on donne des armes à ses gens la ? faut être completement con.

    PS:
    Une pensée pour la famille de la victime ne lâcher rien mettez des tractes dans toute la ville que les citoyens connaisse la vérité que ce crime soit crier fort dans toute la France pour montrer du doigt les assassins.

    Parce que aujourd’hui c’était votre enfant mais demain sa peut être le fils de votre voisin … avec les tasers qui ont reçus récament ils vont avoir la gâchette facile.

  7. qu’il repose en paiix ‘=(
    C’était un mec en Or.

  8. Allah y Rahmo!!!!!!!!!il restera gravé dans nos mémoires!!!!!! inchaallah!!

  9. salam la famille EL MATHARI LA MORT DE mon couzin mohamed nous a profondément touché on est de tou coeur avek vous atous c fréres soeur et parent cet mort restera dans l’histoire car c une mort prvoqué par l’etat c’est a dire la police est c impardonnable pour nous kallh lui accorde sa clémence miséricorde et bénidiction est ke son ame repose en paix  » INA ALLAH WA INA ILIAHY RAJI3ONE » « NOUS SOMME A DIEU EST NOUS LUI RETOURNERONS » kallah te bénisse mon frere mohamed amine et ke dieu rend justice INCHALLAH . UN SOUTIEN PARTICULIER DE LA FAMILLE ELMATHARI DE DREUX.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :