Emeute à Bab El Oued باب الواد – octobre 2009

carte_algerie_fr

Retour sur une nuit de cauchemar


17 Octobre 2009 –

Comment une jeunesse tout en liesse après la victoire de l’Equipe nationale de football, peut-elle sombrer dans la «démence» le lendemain?

En réaction à ce qui est survenu durant la nuit du 13 au 14 octobre à Bab El Oued, la Dgsn a tenu à apporter certaines «précisions». Ainsi, selon le département de Tounsi, «deux jeunes se sont bagarrés, dont l’un est du quartier Diar El Kef. La situation a dégénéré dans la nuit du 13 octobre, lorsqu’à 00h30, un groupe de 30 personnes, des mineurs pour la plupart habitant le quartier sus-cité, ont tenté de venger leur ami. Ce qui a provoqué beaucoup de bruit dans le quartier silencieux.
Les habitants ont alors commencé à jeter des bouteilles de leurs fenêtres. Les policiers sont intervenus afin de les séparer, et sur leur chemin, les jeunes ont vandalisé 21 voitures parquées au niveau du quartier. Pour éviter tout autre dérapage, il a été mis en place un dispositif sécuritaire, alors qu’ont été signées deux demandes de perquisition du local des deux principaux initiateurs de ces troubles. Il s’agit de repris de justice mis en liberté récemment
», peut-on lire dans le communiqué publié jeudi. Cependant, la version des citoyens de ce quartier populaire est tout autre.
Retour sur les lieux d’une nuit de terreur. Peu après minuit, une cinquantaine de jeunes délinquants «débarqués» de l’ex-carrière Jobert et armés de sabres, de couteaux, de barres de fer, de gourdins et de bouteilles en verre ont investi la rue Taleb- Abderrahmane, surplombant la place El Kettani, dans une véritable expédition punitive. Sous l’emprise de la drogue et de l’alcool, ils ont semé la terreur jusqu’à des heures indues de la nuit. Déversant des flots d’insanités à faire rougir une nonne, ils se sont attaqués à tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin avec une rare barbarie digne de l’âge de la pierre, les agressant sauvagement et leur assénant des coups à arme blanche causant des blessures plus ou moins graves à une vingtaine de personnes. Fort sur le plan numérique et de plus en plus surexcités, les psychotropes décuplant leur force destructrice, ils ont mis la ville à sac.
Les riverains, tirés de leur sommeil et impuissants, se sont mis à lancer de leurs balcons des pierres, des bouteilles en verres et même de la vaisselle, tentant vainement de repousser cette marée diabolique qui a envahi leur quartier. Les gangsters, eux, se sont retournés vers les véhicules stationnés tout le long de la rue, en en détruisant une centaine et saccageant plusieurs édifices publics. Quant à la police, elle n’a fait son apparition qu’une heure après le «tsunami», «alors que ce quartier est entouré de trois commissariats, et n’est qu’à deux pas de la Dgsn et de la brigade de gendarmerie de Ali Khodja», indigné dit Mohamed, gérant d’un cybercafé limitrophe du théâtre des faits, et d’ajouter: «Une dizaine de voyous ont été appréhendés pour être ensuite relâchés sans autre forme de procès.» Les locataires de la rue Taleb-Abderrahmane, plus que jamais exaspérés, pointent du doigt les deux gargotes de la rue et leurs gérants. «Ce sont là les endroits les plus malfamés de Bab El Oued, qui attirent de plus en plus de voyous de tout acabit. Les gérants, deux repris de justice notoires, dont l’un réside près de l’hôpital Mustapha-Pacha, donc étranger à Bab El Oued, s’entourent de dealers, de proxénètes et d’autres malfrats, question de se protéger!», confie Mounir, habitant la même rue.
Quand l’Etat est absent, les voyous font leur loi. Selon ce jeune homme, des pétitions ont été signées à maintes reprises pour fermer «ces lieux de débauche qui empoisonnent la vie de paisibles citoyens. Services de police comme élus locaux ont toujours fait la sourde oreille, à croire qu’ils se plaisent dans cette atmosphère de terreur qui devient désormais notre lot quotidien», ajoute-t-il amer.
Salim, médecin de profession, est quant à lui plus virulent envers les hommes à la tenue bleue. «Au lieu d’user des moyens de répression comme ils s’ingénient à le faire lors des manifestations pacifiques, ils ont gardé leurs distances préférant le statut de spectateurs. Tous les trafics en circulation à Bab El Oued, et en tête de liste la drogue, se font au su de ces garants de l’ordre», accuse-t-il, outré.
En effet, plusieurs témoins ont rapporté que de véritables guerres de tranchées opposent des gangs rivaux tout près des postes de police et cela, au nez et à la barbe des agents qui restent de marbre. «Comme s’ils n’étaient là que pour assurer leur propre sécurité alors que le pauvre citoyen, livré à lui- même, se plie aux lois dictées par des bandes de vandales de plus en plus envahissantes mettant à profit l’absence de l’Etat», renchérit Radia, étudiante en droit habitant à la rue Jean-Jaurès. Cette intellectuelle se désole de l’«absence de l’Etat devenu flagrante. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs. Le souvenir de la bataille rangée de février dernier qui a duré quatre jours est toujours aussi vivace. Cela dénote, également, l’échec du système mais aussi de celui des partis politiques et de leurs affiliés». Ainsi donc, après le joug du colonialisme, la misère, la marginalisation, les événements d’Octobre 88, les massacres des années 90, les inondations et maintenant une criminalité à tous coins. Où va Bab El Oued?!

Des émeutes éclatent aux quatre coins de l’Algérie


Les émeutes enregistrées à travers plusieurs wilayas d’Algérie durant les jours et mois passés sont le plus souvent l’oeuvre de jeunes désemparés et frappés par le chômage.

mardi 20 octobre 2009.

Aucune région du pays n’échappe à la déferlante. A Alger, Oran, Tizi Ouzou, Ouargla, Annaba, Tamanrasset… la « culture de l’émeute » s’enracine, prospère à l’ombre de l’hypothétique « Etat de droit ». La violence dans tous ses états, sous toutes ses formes. Violences interquartiers à Bab El Oued, affrontements intercommunautaires à Illizi, Berriane, conflits tribaux à Djelfa, Laghouat, Béjaïa. Des émeutes éclatant aux quatre coins de l’Algérie : émeutes du pain, du foot, du gaz, de l’électricité, etc., les déchaînements de violence se suivent mais ne se ressemblent pas. L’escalade dangereuse à laquelle nous assistons – avec ses contingents de victimes, ses lots de destruction de biens et équipements et la menace qu’elle fait planer sur l’Etat-nation – ne semble pas préoccuper pour autant le gouvernement dont le souci premier est, semble-t-il, d’expédier les affaires courantes. Face à l’explosion du phénomène des émeutes urbaines en Algérie, de la violence intercommunautaire, devant la multiplication des actes portant atteintes à l’ordre et à la quiétude publics, l’Etat fait l’autruche, se mure dans le silence quand il ne convoque pas ses arsenaux répressifs.

Le langage de l’émeute prend le dessus sur toutes les autres formes d’expression, devient la règle et non l’exception. Le langage des barricades, des routes coupées, des pneus enflammés… devient celui de millions d’Algériens excédés par les injustices sociales, la corruption, la hogra, le népotisme, le clientélisme, le chômage, la non-gestion, la non-gouvernance…Pas un jour ne passe sans charrier son lot de troubles. Les analystes pointent du doigt le verrouillage des canaux d’expression pacifique, la politique d’exclusion, la disqualification des partenaires sociaux, des partis crédibles de l’opposition, des syndicats autonomes, le recours systématique, abusif à la répression contre les mouvements sociaux, à l’origine de l’instabilité chronique. Les émeutes traduisent, aux dires du politologue Mohamed Hachemaoui, « les ratés du clientélisme d’Etat, le déficit de distribution clientélaire des ressources et des bénéfices de la rente aux groupes sociaux. Elles sont, dans le même temps, le symptôme de la crise du politique en Algérie : en refusant en effet l’institutionnalisation du conflit social, l’expression autonome des revendications et la représentation politique de la société selon les intérêts en conflit, le régime politique génère l’émeute, expression extrême et violente de la « prise de parole ». Les émeutes de ces dernières années sont l’œuvre rageuse d’une jeunesse désemparée, lourdement frappée par le chômage, l’exclusion et le désespoir ».

Synthèse de Samir, http://www.algerie-dz.com
D’après El Watan

~ par Alain Bertho sur 20 octobre 2009.

Une Réponse to “Emeute à Bab El Oued باب الواد – octobre 2009”

  1. intifada lazamme aideé noutre frere a alger nous les chilefinne02000 et a tou a oran rakasse nodou pour le fout dartou halla hay matnent …vive algeria pitrol gaze mizare…?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :