Emeute au Penjab Mai 2009

Penjab_carteALeqM5jRmtIMjSGp2ysOvOS3mYFit2sF1w

Indian state curfew after Sikh shooting in Austria

26 mai 2009

AMRITSAR, India (AFP) — Towns and cities across the northern Indian state of Punjab were under strict curfew Tuesday after riots sparked by the shooting of a guru in a clash between rival Sikh communities in Austria.

Army and police patrols enforced orders that shops, offices and schools would remain closed following the violence in which angry mobs torched trains, smashed bus windows and blocked roads.

The protesters were demonstrating against the murder of Sant Rama Nand, who was killed by fellow Sikhs in a temple in the Austrian capital of Vienna as he addressed 200 worshippers on Sunday.

Restrictions would remain in place across Punjab, the home to the majority of the world’s Sikhs, as « the situation is still tense, » a police spokesman told AFP.

Two men died in Monday’s rioting and Indian Prime Minister Manmohan Singh, himself a Sikh, issued an appeal for calm.

Sant Rama Nand, 56, died and 16 other people were injured in the Vienna temple attack, which was reportedly over a dispute about the role of castes in the Sikh religion.

A second guru, or teacher, Sant Niranjan Dass, 66, was among those wounded as Sikhs fought each other with guns and knives inside the temple.

The two gurus, who belong to a group representing low-caste Sikhs, were visiting Vienna to meet worshippers.

Leaders at the temple, which opened in 2005, have campaigned against the caste system, but their stance has angered other Sikhs in Austria.

ALeqM5jSQ_gl4w31O1iKFVyBzXFvPPhI2g

Killing of Sikh Leader Sets Off Riots in India

25 mai 2009

NEW DELHI — Riots erupted across the Punjab region of India on Monday in response to the killing of a leader of a Sikh sect who died after an attack on a temple in Vienna on Sunday.At least one person in Punjab was killed and a curfew was imposed in four towns after a day of violent protests followed the attack at the temple in Vienna. At the temple, six young Sikh men armed with guns and knives had stormed into a hall where two visiting sect leaders and hundreds of worshipers had gathered, said S. R. Heer, a senior official at the sect’s hospital and school in Jalandhar, a large provincial town in Punjab.

One of the leaders, Guru Sant Rama Nand, died of his wounds, and the other, Sant Niranjan Dass, was in stable condition following surgery, Mr. Heer said.

The two men were the leaders of the Ravidass sect, Sikhs who revere a saint of the same name believed to have been born in the 15th century to a family of leather workers, considered “untouchables,” or outcastes, and known today as Dalits.

Though the bloodshed happened a continent away, word carried by text messages and cellphone calls from the vast community of Sikhs in Europe arrived in Punjab almost instantly. The rioting quickly followed.

Television stations in India beamed images of sect members parading through the streets of Punjab with swords, metal rods and sharpened sticks aloft. The rioters smashed cars and set fire to empty trains, snarling road and train traffic through one of the most prosperous provinces of India, police officials said. Bank machines, car dealerships and buses were destroyed.

ap_india_riots_austria_sikh_shooting_25may09_210

Riots after Sikh guru Sant Rama Nand shot dead in Vienna

25 mai 2009

The fatal shooting of a visiting guru at a Sikh temple in Vienna sparked rioting across northern India today, with the Government calling in the army to help police restore order.

At least two people were killed and four injured when police opened fire on rioters who defied a curfew and army patrols by attacking police stations and torching cars, buses and trains, local officials said.

“The situation remains tense but under control,” said RK Jaiswal, senior superintendent of police in the northern city of Jalandhar.

Most of the violence was in or around Jalandhar, which is a stronghold of the Dera Sach Khand, a Sikh sect made up mainly of Untouchables, or Dalits, from the lowest level of the Hindu caste system.

A leader of the sect was killed and another preacher wounded yesterday when higher caste Sikhs wielding knives and a gun attacked the two at a Sikh temple that they were visiting in Vienna, according to Austrian police.

Guru Sant Rama Nand, 57, died in the night after an emergency operation. Guru Sant Niranjan Dass, 68, was in a stable condition, police said. Both had suffered bullet wounds.

At least 15 other people were wounded, including four of the attackers, who were eventually overpowered by worshippers, police said.

Witnesses said that the attackers were fundamentalist Jat Sikhs — traditionally the land-owning farmers in the northern state of Punjab — who accused one or both of the preachers of being disrespectful of the Guru Granth Sahib, Sikhism’s Holy Book.

Sikhism does not officially recognise caste and was founded partly to rebel against the system but the concept remains deeply rooted in Indian society, even among Sikhs, Christians and Muslims. The system divides society into hundreds of groups and sub-groups which for many Indians continue to define where one lives, who one marries, what job one does and many other things.

The Dera Sach Khand also differs from mainstream Sikhism on several religious issues, including worshipping living gurus such as Sant Rama Nand, which is considered blasphemous by most Sikhs.

At least some of the attackers were Austrian residents who had asked for asylum, prosecutors said. About 2,800 Sikhs were living in Austria in 2001, according to the last census.

Manmohan Singh, the Indian Prime Minister, who is also a Sikh, appealed for calm, saying that he was deeply distressed by the attack in Austria and the subsequent violence in India.

“Whatever the provocation, it is important to maintain peace and harmony among different sections of the people,” he said. “Sikhism preaches tolerance and harmony”.

SM Krishna, the new Foreign Minister, said that India was working with theAustrian authorities to “ensure that the perpetrators of this completely mindless and wanton attack are brought to justice”.

Sikhs make up less than 2 per cent of India’s nearly 1.2 billion people, the vast majority of whom are Hindus.

Violences entre sikhs à Vienne: deux morts dans des émeutes en Inde

25 mai 2009

AMRITSAR, Inde (AFP) — Deux manifestants ont été tués lundi dans le nord de l’Inde au cours d’émeutes consécutives à des affrontements la veille entre sikhs à Vienne, a annoncé la police.

Plusieurs échauffourées ont éclaté en différents points de l’Etat septentrional du Pendjab, où sont concentrés la plupart des quelque 20 millions de sikhs indiens.

Des manifestants ont incendié quatre wagons d’un train dans la ville de Jalandhar, où « une personne a été abattue par la police », a indiqué la police qui a imposé un couvre-feu diurne.

Dans la ville sainte du sikhisme, Amritsar, qui abrite le célèbre Temple d’or, les forces de l’ordre ont tiré des grenades lacrymogènes pour contenir la foule qui avait mis le feu à une dizaine d’autobus. Douze personnes ont été blessées.

Mais dans le village voisin de « Lambra, une personne a été tuée par une balle tirée par l’armée », a dit un policier à l’AFP.

Un couvre-feu a été imposé dans les localités de Phagwara et de Hoshiarpur, où près d’un millier de soldats ont été déployés. Des villes de l’Etat voisin de l’Haryana, proche de Delhi, sont également sous couvre-feu.

Les services ferroviaires régionaux sont très perturbés et des passagers étaient bloqués dans la soirée.

Le Premier ministre indien Manmohan Singh, un sikh tout juste reconduit à la tête du gouvernement fédéral, s’est dit « profondément affligé » par ces violences et a appelé au calme. « Quelles que soient les provocations, il est important de maintenir la paix et l’harmonie » entre les communautés, a plaidé le chef de gouvernement d’un pays dont l’histoire est jalonnée de violences inter-religieuses.

Une querelle religieuse dans un temple sikh de Vienne a dégénéré dimanche en affrontements à l’arme à feu et au couteau en faisant un mort, un des deux gourous sikhs venus d’Inde, Sant Rama Nand, et 16 blessés. Le second gourou, Sant Niranjan Dass, 66 ans, est dans un état critique.

Le nouveau ministre indien des Affaires étrangères S.M. Krishna a dénoncé une rivalité entre deux clans de la religion sikh.

La mouvance sikh à laquelle appartient le temple de Vienne ouvert en 2005 s’élève contre le système des castes — hérité de l’hindouisme — et est accusée par d’autres branches de ne pas respecter à la lettre les commandements du sikhisme.

Cette religion monothéiste fondée au 16e siècle est un mélange d’islam et d’hindouisme. Son créateur, le gourou Nanak, dénonçait la hiérarchisation en castes et estimait que tous les êtres humains étaient nés égaux.

Autriche: une querelle religieuse tourne au drame dans un temple sikh

24 mai 2009

VIENNE (AFP) — Une querelle religieuse dans un temple sikh de Vienne a dégénéré dimanche après-midi en affrontements à l’arme à feu et au couteau qui ont fait une trentaine de blessés, dont deux étaient encore en danger de mort dimanche soir, a annoncé la police.

La venue de deux gourous du mouvement Shri Guru Ravidas Sabha au temple de la Pelzgasse 17, dans le 15e arrondissement viennois, a déclenché les hostilités. Les deux hommes, Sant Niranjan Dass, 66 ans et Sant Rama Nand (bien Sant Rama Nand), 56 ans, étaient arrivés exprès d’Inde, d’où est originaire le culte sikh.

Vers 11H30 GMT, pendant leur sermon, six hommes, portant turban jaune et bleu et barbe, selon un témoin, sont passés violemment à l’attaque.

« Six personnes n’étaient pas d’accord. L’une a sorti une arme à feu, les autres des couteaux », a expliqué un porte-parole de la police de Vienne, Michael Takacs, cité par la radio Ö1.

L’affrontement s’est alors poursuivi tandis que la plupart des quelque 200 personnes présentes dans le temple quittaient les lieux. Plusieurs coups de feux ont été tirés, mais les fidèles ont ensuite réussi à maîtriser les agresseurs, avant de déchaîner leur colère contre eux.

« J’étais dehors quand c’est arrivé et je n’ai entendu que les coups de feu. Mon oncle a été touché par un coup de couteau au côté gauche. Un autre homme à l’oeil », a raconté un témoin, âgé de 21 ans.

Les deux gourous visés ont été blessés chacun par deux balles, Sant Niranjan Dass à l’abdomen et à la hanche et Sant Rama Nand à l’abdomen et au dos. Hospitalisés dans un état très grave, ils ont été opérés dimanche soir et leur état a été qualifié de stable par les médecins, selon un porte-parole de la police.

Quatre des six agresseurs, facilement interpellés grâce à l’intervention des fidèles, figuraient parmi les blessés graves, selon un nouveau bilan donné dimanche soir. Deux d’entre eux étaient encore en danger de mort dans la soirée, blessés par balle à la tête, selon Michael Takacs. Les deux agresseurs plus légèrement atteints ont été placés en garde à vue.

Les blessés, tous des hommes, avaient été évacués à bord de trois hélicoptères vers cinq hôpitaux.

Les policiers qui avaient immédiatement bouclé le périmètre autour du temple, y ont saisi au moins trois douilles.

L’origine de ce sanglant affrontement serait une querelle entre différents temples viennois, selon Kumar Balvinder, vice-président du temple de la Pelzgasse, cité par l’agence de presse autrichienne APA.

Le mouvement auquel appartient ce temple s’élève contre le système des castes, encore populaire chez certains Sikhs. Il est soutenu notamment par les « intouchables », figurant à l’échelon le plus bas dans cette classification de la population indienne.

Mais il est accusé par d’autres de ne pas respecter à la lettre les commandements de la religion sikh.

Kumar Balvinder a indiqué avoir été prévenu par le dirigeant d’un autre temple viennois d’éventuelles violences lors de la visite de gourous du mouvement Shri Guru Ravidas Sabha. Selon lui, cette information avait été transmise à la police.

« Nous n’avons rien à voir avec cela », a réagi dimanche soir, le chef du temple en question, Gurbhaj Singh.

La communauté Sikh, dont les hommes portent traditionnellement, outre le turban, un poignard à la ceinture, revendique une dizaine de milliers de membres en Autriche et 25 millions dans le monde, la majorité vivant dans le nord de l’Inde.

Officiellement, 2.794 Sikhs vivent en Autriche, dont la moitié aurait la nationalité autrichienne. La communauté avait dénoncé l’an dernier le « manque de liberté religieuse » en Autriche.

Le parti d’extrême droite FPÖ, en campagne pour les élections européennes du 7 juin, a promptement réagi en dénonçant comme à son habitude la politique d’immigration des partis au pouvoir et la société « multi-ethnique ».

Site visitors world map
visitors location counter

~ par Alain Bertho sur 26 mai 2009.

Une Réponse to “Emeute au Penjab Mai 2009”

  1. Just wanted to tell you all know how much I appreciate your postings guys.
    Found you though google!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :