Affrontements à Berriane avril 2009

carte-berriane432

Algérie : 10 blessés et arrestation de 7 manifestants

actualite.el-annabi.com

mardi 14 avril 2009.

De nouveaux affrontements à Berriane

Le calme est revenu dans la ville de Berriane en Algérie après nuit agitée vécue par les habitants à cause des affrontements qui ont eu lieu entre la police et les jeunes

Des pierres et des gaz lacrymogènes ont été utilisés, faisant un nombre considérable de blessés, une dizaine de policiers dont un officier, ainsi que parmi les jeunes qui ont refusé d’être admis à l’hôpital de peur de poursuites judiciaires.

La police est intervenue dans la nuit d’avant-hier appuyée par des forces d’intervention afin de rouvrir la route nationale N° 1, où le mouvement de la circulation a été bloqué pendant quelques temps suite à son occupation par des groupes de jeunes manifestants.

Selon une source de la sûreté de la wilaya de Ghardaïa, les policiers étaient contraints d’utiliser des bombes lacrymogènes pour rétablir l’ordre au centre ville de Berriane.

La police a procédé à l’arrestation 07 personnes, et sont interrogées au niveau du service de la police judiciaire de la sûreté de la daïra de Berriane, suite à leurs accusations de regroupement armé et coups et blessures prémédités.

Selon les témoignages locaux, ces affrontements à Berriane n’ont aucun lien avec ceux vécu par la ville entre les citoyens avant le dernier accord trouvé entre les notables de la ville, du fait que ces affrontements ont eu entre la police et les jeunes et se sont arrêtés suite à l’intervention des sages des quartiers pour qui appartiennent ces jeunes.

Après des émeutes déclenchées par une bande de voyous

http://www.liberte-algerie.com

14 avril 2009

Les habitants de Berriane rendent hommage aux services de sécurité

Le quartier de Boudouaia, à Berriane, daïra située à 45 km du chef-lieu de wilaya Ghardaïa, a vécu hier une nuit d’affrontements entre les forces de l’ordre et une bande de jeunes menés par des délinquants notoires. Cinq policiers ont été blessés, alors que sept individus ont été interpellés. Yahia Fehim, wali de Ghardaïa, s’est rendu sur place et a suivi les évènements à partir du siège de la daïra de Berriane, transformée pour la circonstance en QG de crise.

Les échauffourées ont débuté vers 3h du matin et ont duré jusqu’au lever du jour d’hier. Qu’est-ce qui a motivé ce déchaînement de violence juvénile ? Nous nous sommes rendus sur le terrain et avons écouté toutes les parties. Tout le monde s’accorde à affirmer que c’est suite au refus essuyé à une demande insistante de certains jeunes loubards de ce quartier, gênés dans leurs petits trafics et beuveries nocturnes, de faire déplacer un véhicule de police en position statique sur le territoire de leurs petites affaires, que les violences ont éclaté. Des jets de pierres et des pneus enflammés ont tout de suite envahi la RN1 que les jeunes ont voulu encore une fois fermer. Peine perdue, les forces de sécurité qui se sont déployées très rapidement l’ont rouverte à la circulation et complètement sécurisée.

Néanmoins, un pneu enflammé, lancé de la colline, a fini sa course en plein milieu du marché de fruits et légumes dressé en plein air et a incendié un étal réduit à un amas de cendres. Les stigmates des affrontements (pierres, pneus calcinés et autres objets hétéroclites) étaient encore visibles lors de notre tournée matinale, heureusement circonscrits à un tout petit périmètre de ce quartier populaire. À la sûreté de daïra de Berriane, nous avons rencontré quelques-uns des policiers blessés, dont l’un avait le bras dans un plâtre et l’autre un bandeau autour de sa tête blessée ; mais ils ont refusé de nous relater les circonstances dans lesquelles ils ont été touchés. Nous avons appris que l’un des assaillants arrêtés était en état d’ébriété, l’alcotest ayant révélé 4 grammes d’alcool dans son sang. À l’heure où nous mettons sous presse, les 7 interpellés n’ont pas encore été présentés au procureur de la République près le tribunal de Berriane. Beaucoup de citoyens que nous avons abordés ont exprimé leur soulagement de voir ces voyous neutralisés et espèrent que tous leurs acolytes sernt déférés devant la justice. “Nous voulons juste vivre en paix et en harmonie comme nous avons toujours vécu. Berriane a toujours été une ville conviviale et elle le restera.”

L’après-midi, vers 15h, les violences ont repris au même endroit et dans le même quartier. Les forces de sécurité, déjà déployées sur place et sur le qui-vive, ont tout de suite riposté aux lanceurs de pierres par des grenades lacrymogènes. Cette deuxième flambée de violence de la journée serait, selon certaines sources sécuritaires, l’œuvre du reste de la bande de voyous qui ont échappé la matinée aux filets des services de sécurité.

Site visitors world map
visitors location counter

~ par Alain Bertho sur 14 avril 2009.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :