Voitures incendiées à Alençon mars 2009

alencon

Violences urbaines à Alençon : sept mineurs interpellés

vendredi 20 mars 2009

Sept mineurs âgés de 13 à 16 ont été interpellés dans la journée dans le cadre des violences urbaines qui ont émaillé le quartier de Perseigne à Alençon le week-end dernier. Ils ont été placés en garde à vue et les auditions sont actuellement en cours pour déterminer s’ils sont impliqués et à quel degré. Samedi et dimanche dernier, 12 voitures avaient été volontairement incendiées ainsi que l’école Jules-Verne. L’enquête se poursuit pour les autres incidents qui se sont déroulés dans le quartier de Courteille dans la nuit de mardi à mercredi. Le parquet d’Alençon se refuse pour le moment à faire un lien entre les deux épisodes de violence.

al02_1558928_4_px_501__w_ouestfrance_

Vingt-et-un véhicules brûlés à Courteille

19 mars 2009

Seconde flambée de violences urbaines en trois jours. Après Perseigne, le quartier de Courteille a été la cible d’incendiaires dans la nuit de mardi à mercredi.

Une première à Courteille

Vingt et un véhicules incendiés, dont six par propagation, dans la nuit de mardi à mercredi. On n’avait jamais vu ça dans le quartier de Courteille. Tout le quartier est concerné : un véhicule rue Saint-Exupéry, un autre rue des Sainfoins, trois voitures rue Pierre-et-Marie-Curie…

Les incendiaires ont laissé des traces partout où ils sont passés, allumant des feux au fur et à mesure que les pompiers éteignaient les précédents, à 1 h puis à 3 h du matin. L’incompréhension régnait dans le quartier, hier matin. « Les voitures qui brûlent, ça arrive dans la Zup, à Perseigne, mais pas chez nous », se défendait un habitant. Et pourtant…

Triste record

Alençon détenait pour la journée d’hier un triste record : celui de la ville de France où ont brûlé le plus de voitures. « L’événement est très grave. Il va falloir que ça cesse et le plus rapidement possible », a annoncé Michel Lafon, préfet de l’Orne, lors d’une conférence de presse organisée avec le maire de la ville et la directrice départementale de la sécurité publique, Bénédicte Vidy. Hier soir, Carole Étienne, procureur de la République, et Joaquim Pueyo ont rencontré les propriétaires des véhicules détruits.

Seconde flambée de violences

En trois jours, la ville a donc vécu sa seconde nuit de violences, après les douze voitures brûlées à Perseigne ce week-end et la tentative d’incendie avortée de justesse à l’école Jules-Verne. La présence des CRS, dans la nuit de dimanche à lundi, avait permis de ramener le calme dans le quartier.

Mardi soir, les vitraux de l’église Perseigne ont été cassés. Les trente CRS sont de retour. Un dispositif de surveillance renforcée est mis en place pour les prochaines nuits. « Notre priorité est de ramener le calme et la sérénité dans les quartiers. »

Mode opératoire

Des vitres cassées puis des jets de cocktails molotov. Le mode opératoire avait été bien identifié pour les douze voitures qui avaient brûlé dans la nuit de samedi à dimanche à Perseigne. Le mode opératoire apparaît moins évident à Courteille.

Les mêmes qu’à Perseigne ?

Difficile à dire dans l’état actuel de l’enquête. Une certitude pour le préfet de l’Orne, tout cela paraissait bien « prémédité. On observe une stratégie de mobilité ». Pour Michel Lafon, les faits sont l’acte de « jeunes mineurs », organisés en « petit réseau » avec le coup de main de « guetteurs ».

Comment éviter que ça recommence ?

« Il nous faut nous poser la question de la viodéoprotection », estime le préfet. Joaquim Pueyo est d’accord.

« Des interpellations imminentes »

« Chaque fait a donné lieu à l’ouverture d’une enquête, explique Carole Etienne, procureur de la République Depuis le début de cette avalanche de faits, il y a collation de renseignements et de témoignages, prélèvements et exploitations d’indices. Nous recoupons les faits. Des interpellations sont imminentes. »

Quant aux raisons de tous ces actes, « c’est prématuré de le dire. Y a-t-il concurrence entre deux quartiers, jeux, règlements de compte on se pose des questions. Les interpellations nous donneront prochainement les réponses. » L’antenne caennaise du SRPJ de Rouen renforce les services de police. Hier soir, personne n’avait été interpellé.

Freddy DONALet Stéphanie SÉJOURNÉ-DUROY.

Ouest-France

p953000d863872g_apx_470__w_ouestfrance_

Voitures brûlées à Alençon : un dispositif de surveillance pour les nuits prochaines

mercredi 18 mars 2009

Lors d’une conférence de presse commune, cet après-midi, Michel Lafon, préfet de l’Orne, Joaquim Pueyo, maire d’Alençon, et Bénédicte Vidy, directrice départementale de la sécurité publique, ont condamné d’une même voix les incendies de voitures qui ont émaillé la nuit dans le quartier de Courteille à Alençon. Plusieurs enquêtes sont diligentées par les services de police d’Alençon, renforcés par l’antenne caennaise du SRPJ de Rouen. Aucune personne n’a été interpellée pour le moment.Le maire rencontre actuellement les propriétaires des 21 véhicules incendiés. Un dispositif de surveillance renforcée est mis en place pour éviter de nouveaux incidents les prochaines nuits.

21 voitures incendiées cette nuit à Alençon, dans l’Orne

mercredi 18 mars 2009

La stupeur règne à Alençon. Vingt-et-une voitures ont été incendiées cette nuit à divers endroits du quartier populaire de Courteille, à l’est de la ville. Les pompiers ont été appelés à plusieurs reprises tout au long de la nuit pour éteindre les feux.

« Cela fait des années que j’habite ici, confiait un habitant ce matin. Notre quartier est calme. C’est la première fois que je vois ça. » A la sortie du quartier, l’équipe du collectif d’urgence n’a pu que constater la perte de son camion. « Il ne valait plus rien mais nous rendait bien des services. C’est décourageant ce qui nous arrive », déplore le directeur de l’association.

Seconde nuit de violences cette semaine

C’est la seconde nuit de violences urbaines à Alençon cette semaine. Ce week-end, douze voitures ont été détruites par les flammes dans un autre quartier de la ville, à Perseigne. L’enquête se poursuit.

Dans la nuit du 24 au 25 novembre 2007, vingt-et-une voitures avaient déjà été incendiées dans le quartier de Perseigne. Neuf personnes, dont huit mineurs âgés de 15 à 17 ans, avaient été mises en examen dans les jours qui avaient suivi.

Site visitors world map
visitors location counter

~ par Alain Bertho sur 21 mars 2009.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :