Frontière : chronique de la mer rouge

Des passeurs jettent des clandestins africains à l’eau au large du Yémen: 17 morts

GENEVE — Six clandestins africains sont morts noyés et onze autres sont présumés morts après que leurs passeurs ont contraint leurs passagers à sauter par dessus bord dans les eaux profonds du golfe d’Aden au large du Yémen, a rapporté l’agence onusienne pour les réfugiés, mardi.

Selon Ron Redmond, un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (UNHCR), le bateau transportait 40 Somaliens et 12 Ethiopiens quand il approchait la côte yéménite. Mais les passeurs ont repéré la police yéménite sur la rive et ont paniqué, contraignant les clandestins à sauter dans les eaux profondes.

Selon Redmond, 35 de ces clandestins ont réussi à regagner la terre ferme tandis que les autorités ont repêché six corps. Onze personnes sont portées disparues.

C’est le dernier incident en date de la brutalité dont sont victimes les réfugiés et clandestins, essentiellement des réfugiés somaliens qui tentent d’effectuer le voyage de tous les dangers depuis la corne de l’Afrique à la péninsule arabique. Des centaines d’entre eux meurent chaque année soit par noyade soit dans des attaques de pirates.

Depuis le début de l’année, 47 clandestins sont morts.

Selon l’UNHCR, en 2008, plus de 50.000 immigrants clandestins ont traversé le golfe d’Aden qui relie l’océan Indien au Canal de Suez et à la Méditerranée. Près de 10.000 immigrants supplémentaires sont déjà arrivés au Yémen cette année.

100 clandestins disparus au large du Yémen après avoir été jetés à l’eau

10.10.2008 14:56

Une centaine de migrants sont portés disparus dans le golfe d’Aden après avoir été forcés à sauter par-dessus bord par des passeurs, a rapporté vendredi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Le bateau avait quitté la Somalie lundi avec 150 personnes à son bord, a affirmé le HCR. Les passeurs ont forcé les clandestins à se jeter à l’eau au large des côtes du Yémen, et 47 d’entre eux ont réussi à gagner le rivage, à environ 5 km, et à alerter les autorités. Au moins 32’000 migrants, fuyant pour la plupart les violences en Somalie, ont débarqué au Yémen cette année. (SWISS TXT)

22 immigrants morts noyés au large du Yémen

14 avril 2008

SANAA (AFP) — Vingt-deux immigrants sont morts noyés au large des côtes du Yémen, alors qu’ils tentaient de passer dans ce pays en provenance de Somalie, a indiqué dimanche un responsable yéménite.

Selon ce responsable dans la province d’Abyane (sud), l’équipage du bateau a forcé l’ensemble des 120 immigrants à se jeter à l’eau, au large des côtes yéménites, pour rallier le rivage à la nage.

Douze immigrants sont toujours portés disparus, a-t-il ajouté sous couvert de l’anonymat. Le reste des immigrants a survécu et ont été pris en charge par les autorités au port d’Aden (sud).

Plus de 1.400 clandestins ont péri en 2007 en tentant de traverser le Golfe d’Aden en provenance d’Afrique, tandis que plus de 28.300 ont atteint les côtes yéménites, selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Dans le meilleur des cas, la traversée dure deux jours dans des conditions précaires, à bord d’embarcations de fortune soumises aux courants très forts de cette mer infestée de requins.

Selon l’agence officielle yéménite Saba, 113.000 réfugiés africains se sont faits recenser par le HCR au Yémen. Le gouvernement yéménite chiffre quant à lui cette population à 750.000.

7.000 clandestins arrêtés depuis le début de l’année à Djibouti

Reuters

vendredi 11 avril 2008, mis à jour à 23:54

Un groupe d’immigrants après leur interpellation par la police, dans le port de Djibouti. Près de 7.000 clandestins, pour la plupart somaliens et éthiopiens, ont été arrêtés cette année à Djibouti. . Photo prise le 5 avril 2008/REUTERS/Omar Hassan

Près de 7.000 clandestins, pour la plupart somaliens et éthiopiens, ont été arrêtés cette année à Djibouti et rapatriés, a annoncé la police.

Des milliers d’habitants de la Corne de l’Afrique risquent leur vie chaque année en s’embarquant à Djibouti, plus sûr que la Somalie voisine, pour tenter la traversée du golfe d’Aden en direction du Yémen, porte d’entrée du Proche-Orient ou étape vers l’Europe.

« Cette période est propice pour passer la frontière parce qu’il s’agit de la saison fraîche, qui va de novembre à mai. En été, beaucoup d’immigrants meurent de soif dans le désert », a déclaré le lieutenant Abdourahim Ali, de la police djiboutienne, interrogé par Reuters.

En 2007, 16.091 clandestins ont été interpellés et rapatriés, contre 12.579 l’année précédente.

Omar Hassan, version française Jean-Philippe Lefief

Site visitors world map
visitors location counter

~ par Alain Bertho sur 18 avril 2008.

 
%d blogueurs aiment cette page :