Atelier Transcultura

Colloque à Québec

19.jpg

Anthropologie des cultures globalisées. Terrains complexes et enjeux disciplinaires

Université Laval

7-11 novembre 2007

programme en pdf

17.jpg

Session : Stratégie pour une anthropologie réciproque,

thème « La fin de l’anthropologie n’aurait pas eu lieu »

Responsable : Alain Bertho, Université de Paris 8, France

En 1988, alors que la globalisation n’était pas encore une évidence partagée, Umberto Eco, Alain Le Pichon et quelques autres fondent Transcultura, Institut international pour une connaissance réciproque et propose le renversement du « regard colonial » qui a trop longtemps marqué notre discipline. Cet institut a tenu ses dernières assises à Beijing en mars 2007 sur la question « Ordre et Désordre », confirmant, s’il en était besoin, la validité de la démarche. La globalisation ne porte pas l’uniformisation de l’humanité mais au contraire une multiplication sans égal des mondes, des cultures et des altérités de proximité. C’est un nouveau défi pour l’anthropologie.

Alain Le Pichon, Université de Lyon 2, France

« Stratégies pour une anthropologie réciproque »

Patrick Deshayes, Université de Lyon 2, France

Anthropologie visuelle et connaissance réciproque

Nicole Lapierre, École pratique des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France

Mémoires en miroir, mémoires en conflit

Wang Mingming, Université de Pékin, Chine

The stomach and the snakes: Chinese perspectives of others

Tinka Reichman Université de la Sarre, Allemagne

Traduction et anthropologie réciproque

Bernard Saladin D’Anglure, Département d’anthropologie, Université Laval

Pour une anthropologie « tierce »

Raymond Mayer, Département d’anthropologie, Université Omar Bongo, Libreville, Gabon

Université du sud, nouveaux pôles de conceptualisation? Pour une anthropologie transitive

~ par Alain Bertho sur 14 novembre 2007.

 
%d blogueurs aiment cette page :