Emeute à Sidi Aïch – 7 janvier 2011

Les localités se soulèvent à Béjaia

elwatan.com

08.01.11

C’est un vrai remake des tragiques événements du printemps noir qui n’ont pas encore bouclé leur dixième anniversaire. Hier, un autre grand centre urbain de la vallée de la Soummam, après Tazmalt, Akbou et Ighzer Amokrane, s’est transformé en champs d’émeutes.

Sidi Aïch s’est ainsi embrasé à son tour pour être livré en fin de  matinée à un face-à-face enfiévré entre des manifestants en colère qui ont dressé des barricades sur la RN26 à la sortie sud de la ville, et des unités antiémeute qui ont usé de bombes lacrymogènes. La veille, la ville a vécu une nuit particulièrement mouvementée. Des manifestants ont mis le feu, vers 20h, à l’agence  Sonelgaz, qui vient tout juste d’être rénovée, au quartier de Timezghra. Un des véhicules de service a été calciné à la place des Trois horloges. Une dizaine d’autres ont mis le feu dans le parc. La foule en furie a pris comme cible la sûreté de daïra qu’elle a attaquée avec des pierres.

L’Actel, la Poste et l’ADE ont subi de grands dégâts. Voyant venir le danger, certains fonctionnaires des services de l’administration publique se sont précipités pour évacuer leurs matériels vers des lieux sûrs. Ceux de l’Algérienne des eaux n’ont pas pu sauver leurs meubles, comme à Akbou où les émeutes semblent avoir provoqué les plus importants dégâts. Les Akbouciens se sont réveillés hier dans une ville aux édifices publics calcinés. A Tazmalt, 20 km au sud d’Akbou, le bilan n’est pas moins sérieux. Tout ce qui symbolise l’Etat est bon à être attaqué. Comme ailleurs, Sonelgaz demeure la cible privilégiée des émeutiers. Et pas seulement.

Le tribunal a été saccagé, un camion à ordures n’a pas non plus échappé tout comme deux véhicules, dont un fourgon, du parc communal.

Le siège de la daïra, réduit en cendres lors des événements du printemps de 2001, a failli connaître de nouveau le même sort. Les manifestants l’ont pris pour cible comme le siège des contributions. L’on tentera même des incursions dans le siège d’une agence des assurances. Dans la ville d’Ighzer Amokane, les affrontements, qui ont éclaté la veille entre manifestants et policiers, ont repris de plus belle dans la matinée d’hier. Les alentours du siège de l’APC et celui de la sûreté de daïra ont été transformés en un vrai champ de bataille. Une source hospitalière parle de plus d’une dizaine de blessés légers parmi les policiers évacués vers l’hôpital de Sidi Aïch. Un autre policier a été blessé à Kherrata dans la nuit de jeudi à vendredi qui n’a pas été moins chaude.

La RN9, qui a été fermée à la circulation par quelque 300 jeunes manifestants au niveau de Baccaro, dans la ville de Tichy, a été barricadée avant que n’éclate l’émeute. Premières cibles, premiers dégâts : la salle des fêtes et Sonelgaz. L’APC a vu sa salle de réunions saccagée et son parc roulant brûlé. La brigade de la gendarmerie a été assiégée. Devant le portail de celle de Souk El Tenine, un pneu a été brûlé. Lire plus…

~ par Alain Bertho sur 8 janvier 2011.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :